Résultat(s)

Dans le cadre de sa rencontre annuelle de 2016, le Forum économique mondial insistait sur les transformations de l’économie mondiale en lien avec la révolution technologique sans précédent qui s’enclenche et qui affectera notre façon de vivre et de travailler, ainsi que nos rapports sociaux. Cette transformation qualifiée de « 4e révolution industrielle » est d’une ampleur, d’une étendue et d’une complexité telles qu’elle modifiera nos sociétés en profondeur comme jamais auparavant. Alors que nous tentons toujours d’intégrer tous les aspects de la 3e révolution industrielle qui s’est appuyée sur l’électronique et les technologies de l’information pour automatiser la production, la 4e révolution industrielle, tout en bâtissant sur la précédente, met à profit la fusion des technologies éliminant ainsi les distinctions entre technologies physiques, numériques, biologiques et Internet des objets.

Le Québec, comme les autres sociétés occidentales, est frappé de plein fouet par ces changements, lui qui doit composer avec l’enjeu du vieillissement de sa population et la rareté de main-d’œuvre en découlant. L’impact de ces mutations est difficile à évaluer avec précision, mais nul doute qu’il affecte tout spécialement le monde du travail et le milieu de l’éducation. Que ce soit par le renouvellement de l’offre de formation, par l’intégration dans les activités pédagogiques des possibilités qu’offre le numérique, par le développement d’attentes spécifiques de la société au regard des compétences numériques, incluant la littératie des jeunes et des adultes, ou par la gouvernance et la gestion renouvelées des organisations en lien avec ces nouvelles possibilités, les défis que doivent relever les cégeps, entre autres, sont multiples, complexes et concernent tous les aspects de leur fonctionnement.

Alors que le gouvernement québécois élabore sa Stratégie numérique, à laquelle les cégeps ont contribué par la présentation d’un mémoire étoffé, la réflexion collective du réseau collégial doit se poursuivre afin de développer une compréhension commune des tendances qui s’annoncent, des possibilités qu’elles offrent et des défis qu’elles comportent. Dans le cadre de ce colloque, les participantes et les participants ont donc eu l’occasion de se familiariser avec les changements induits par le numérique tant en matière de gouvernance, de pédagogie que de fonctionnement organisationnel.

Objectif

  • Comprendre les transformations résultant de la révolution numérique et ses impacts sur le réseau collégial, et amorcer une mobilisation des gestionnaires et du personnel des cégeps en lien avec ceux-ci.

Clientèle cible

  • Gestionnaires des collèges
  • Réseau des répondantes et répondants TIC
  • Autres membres du personnel des collèges intéressés par ces enjeux
  • Partenaires de la Fédération des cégeps

8h - Salle 3C1 (Cafétéria)

Accueil et inscription

8h30 - Salle 3C1 (Cafétéria)

Mot d’ouverture
Bernard Tremblay, président-directeur général de la Fédération des cégeps

8h55 - Salle 3C1 (Cafétéria)

La quatrième révolution industrielle
Vidéo du Forum économique mondial

9h - Salle 3C1 (Cafétéria)

The Rise of Digital Business Industry Visions* 
Jorge Lopezvice-président et analyste distingué et François Banvillepartenaire exécutif, Gartner
Les entreprises prévoient que plus de 41 % de leurs revenus viendront du numérique (Digital Business) d’ici 2020, ce qui représente plus du double de ce qui a été observé en 2015. Or, beaucoup d’organisations tardent à entreprendre une transformation numérique. Certaines seront tentées de saisir des opportunités ciblées ou encore d’utiliser le numérique pour créer de nouveaux marchés comme l’ont fait Airbnb et Uber.Cependant, plusieurs organisations trouveront plus facile de se doter d’abord d’une vision de transformation numérique reliée à leur secteur d’activité. Une fois la vision établie, il devient plus facile de saisir les opportunités et de maximiser les possibilités que confère le numérique pour pénétrer de nouveaux marchés. Pour adopter cette approche, les gestionnaires doivent cependant :

  • bien comprendre ce qu’est « une vision de transformation numérique » pour leur secteur d’activité;
  • prendre connaissance d’exemples de telles visions pour s’en inspirer;
  • choisir la bonne approche pour leur organisation.

The Rise of Digital Business Industry Visions

Des entreprises de différents secteurs d’activité ont publiquement fait connaître leur vision de leur transformation numérique. Le conférencier présentera certaines de ces visions et les raisons qui les rendent efficaces face à la concurrence, ainsi que les diverses transformations qu’entraîne le numérique dans les organisations.

*Cette conférence sera donnée en anglais avec traduction simultanée offerte.

Présentation

10h - Salle 3C1 (Cafétéria)

Pause

10h15 - Salle 3C1 (Cafétéria)

La main d’œuvre et l’éducation vers 2030: période d’ajustements
Éric Noëlvice-président principal, Amérique du Nord, Oxford Analytica
D’ici 2030, d’importants ajustements démographiques, économiques et technologiques sont à anticiper au Québec. Il y aura probablement 140 000 travailleurs de moins pour 820 000 « dépendants » (0-22 ans et 68+) de plus, et notre « âge du changement » deviendra celui du « changement d’âge » avec son lot de problèmes et d’opportunités potentiels. En parallèle, des entreprises perturbatrices émergeront et affecteront les emplois des entreprises établies, tandis que des révolutions technologiques, notamment celles de l’automatisation et de la robotisation, réinventeront l’employabilité de nombreux Québécois. Autant de phénomènes qui auront façonné un nouveau marché de l’emploi et forcé une révision des carrières, des stratégies et des politiques gouvernementales. Les effets socio-économiques, professionnels et géographiques exacts de ces ajustements sont encore difficiles à imaginer, mais ils influenceront les formations et l’accès à celles-ci. Pour les cégeps, une exploration à long terme s’impose. Quelles seront les sous-tendances qui propulseront ces grands changements professionnels et éducatifs à venir? Comment y penser et s’y préparer? Comment prévoir les compétences de demain? Comment se réorganiser dans cet environnement dynamique?Cette présentation n’est pas disponible.

11h - Salle 3C1 (Cafétéria)

À l’heure de la révolution numérique : provoquer le changement plutôt que de le subir
Vincent Tanguaycollaborateur, mandats spéciaux, CEFRIO
Le numérique, est-ce que quelqu’un pense encore que c’est une mode et que la formation s’ajustera le moment venu?Les technologies ont toujours été à la fois destructrices et créatrices d’emplois. Mais d’une révolution à l’autre, la pression s’exerce sur les compétences. Nous avons atteint le point de déséquilibre. Que pouvons-nous faire pour définir la formation en tenant compte de cette réalité ?La conférence se présente comme une invitation aux dirigeants des cégeps à se positionner comme visionnaires de l’avenir du travail dans notre société. L’avènement de l’entreprise 4.0, l’intelligente artificielle, l’utilisation des algorithmes et des données massives, la « superconnectivité », annoncent une rupture dans beaucoup de secteurs d’activités. Tous seront touchés. À très court terme, si ce n’est pas déjà le cas.Comment établir « une intelligence collaborative » à la gouvernance et amener la force de réflexion et de travail qui nous entoure à contribuer afin que soyons le mieux possible préparés à affronter le tsunami qui s’annonce? Et que dire du modèle de formation dans un tel contexte?Nous sommes conviés à relever des défis importants et incontournables. Nous avons besoin de dirigeants éveillés et engagés.Présentation

11h30 - Salle 3C1 (Cafétéria)

Transformer les établissements d’enseignement : un mélange complexe de pédagogie, de leadership, de relations humaines et du numérique
Jacques CoolDirecteur des Services aux écoles « CADRE21 », Fédération des établissements d’enseignement privé
Nous sommes en 2017. Tous les élèves à l’école sont nés au 21e; tous les enseignants sont nés au 20e siècle. La transformation de l’éducation, fond et forme, reste inégale; on espère un point de bascule, on constate de la mouvance.

  • Mouvances pédagogiques : nouveaux regards sur l’apprentissage; la différenciation, l’apprenant actif, le savoir-publier, l’évaluation, la formation continue, des apprentissages durables, transférables et fiables…
  • Mouvances en leadership; communication, l’esprit d’entreprendre, audace et créativité, sortir des sentiers battus de l’organisation du temps, de l’organisation des espaces, liens avec la communauté…
  • Mouvances en relations humaines : forger les identités, mobiliser son équipe, faire confiance, être redevable, célébrer les succès, avoir droit à l’erreur, bâtir ensemble…

En toile de fond, le numérique. Performant, ouvert, sécuritaire. Présent comme l’oxygène : invisible, partout, mais essentiel. À l’avant-scène, des questions de fond :

  • Quelles sont ces nouvelles finalités de formation caractérisées par leur interdépendance et non leur opposition classique, contenus VS compétences?
  • Comment vivre le virage du numérique?
  • Quels sont les enjeux en lien avec la formation continue, la culture organisationnelle caractérisée par un patrimoine professionnel?
  • Comment éviter de jeter le bébé avec l’eau du bain lors de l’actualisation professionnelle?

Présentation

12h00 - Salle 3C1 (Atrium)

Dîner

13h30 - Salle 3C1 (Cafétéria)

Au-delà de la révolution numérique, un nouveau paysage pour l’éducation au Cégep à distance
Philippe Flamand et Michel Vervais, conseillers pédagogiques, Cégep à distance
La place du numérique en éducation n’est plus à débattre et l’impact des technologies sur nos vies, notre travail et nos relations avec les autres présente déjà un défi d’adaptation de taille. La création d’emplois en constante évolution et nécessitant des formations de pointe mettra une pression importante sur le monde de l’éducation, le transformant autant en ce qui a trait à sa forme qu’à sa fonction.Une offre de formation intégrée et pertinente est, selon nous, le levier stratégique le plus puissant pour combler les besoins personnalisés des étudiants et de la main-d’œuvre. Qu’elle soit synchrone, asynchrone ou hybride, médiatisée ou en présentiel, cette offre de formation devra s’inscrire dans cette nouvelle réalité où la flexibilité et la polyvalence sont des incontournables.Les technologies faisant déjà implicitement partie de l’équation, les acteurs du réseau collégial devront s’unir de façon cohérente et concertée pour saisir cette opportunité. Le Cégep à distance s’affaire déjà à s’inscrire dans ce nouveau contexte où toutes les formules technopédagogiques et technologiques seront exploitées de façon optimale et avec un maximum d’efficience pour le plus grand bénéfice de nos étudiants, de nos clientèles et de nos partenaires.Présentation

14h - Salle 3C1 (Cafétéria)

Contribuer à la réussite éducative par la maîtrise des compétences numériques des étudiants et des enseignants
Nicole Perreaultanimatrice du Réseau des répondantes et répondants TIC, Fédération des cégeps
Le réseau collégial joue un rôle de premier plan en tant que carrefour du développement des compétences numériques des étudiants dont la provenance et les besoins sont multiples. On parle ici de compétences numériques en tant qu’objet d’apprentissage.Par ailleurs, des recherches récentes tendent à démontrer que le recours au numérique dans des activités pédagogiques peut améliorer la réussite des étudiants et leur motivation. On parle ici du numérique en tant que soutien à l’enseignement et à l’apprentissage.Ces deux  constats comportent  divers enjeux qui feront l’objet de cette conférence.La présentation portera tout d’abord sur la maîtrise des compétences numériques par les étudiants : après avoir donné un aperçu de ces compétences, il sera question des enjeux qui sont associés à leur maîtrise : accès à un profil de compétences et aux ressources pour les développer, rôle des collèges et des programmes d’études pour intégrer ces compétences dans la formation des étudiants et maîtrise de ces compétences par les enseignants eux-mêmes.Dans un second temps, le numérique sera traité dans un contexte de soutien à l’enseignement et à l’apprentissage : potentiel de son recours sur la réussite des étudiants, formation, perfectionnement, soutien et ressources requises pour mettre sur pied des activités soutenues par le numérique, incluant l’accès aux environnements technologiques requis.Présentation

14h30 - Salle 3C1 (Cafétéria)

« Construisons notre cégep de demain » par la mise en œuvre d’une gouvernance ouverte appuyée sur une stratégie numérique
Denyse Blanchetdirectrice générale, Cégep de Chicoutimi
À l’heure des défis que posent, en ce XXIe siècle, les mutations profondes de la société et de l’économie, notamment au regard de l’internationalisation, l’établissement collégial doit se réinventer pour mieux répondre aux attentes des jeunes d’aujourd’hui et de demain.Volet 1 : Une refonte de l’analyse des programmes / interopérabilité des données En utilisant les principes du web sémantique, le projet propose une nouvelle démarche de renouvellement des programmes qui minimise les efforts requis pour la cueillette, le traitement et l’analyse de l’information nécessaire pour l’évaluation des programmes.Volet 2 : Cocréation Le milieu collégial est déjà reconnu pour son haut niveau de consultation de ses partenaires à l’interne (enseignants, professionnels, personnel de soutien, parents et étudiants). L’utilisation d’une plate-forme de coconstruction systématise la prise de parole, tout en l’élargissant aux milieux externes, notamment aux milieux économique et municipal.Volet 3 : Vers une gouvernance ouverteS’appuyant également sur les recommandations de l’OCDE, une gouvernance ouverte basée sur des données probantes maximise les bénéfices induits par les principes d’une gestion par projets, améliorant ainsi l’efficience de la gestion globale de l’établissement.Cette présentation n’est pas disponible.

15h - Salle 3C1 (Cafétéria)

Pause

15h15 - Salle 3C1 (Cafétéria)

Échanges avec les conférenciers

15h45 - Salle 3C1 (Cafétéria)

Mot de clôture
Hélène David, ministre responsable de l’Enseignement supérieur (à confirmer)

16h - Jardin de la paix

Cocktail

Biographies des conférenciers invités au colloque. Le réseau collégial à l’ère du numérique.

Jorge Lopez est un vice-président et analyste distingué chez Gartner, basé aux États-Unis. Auparavant, monsieur Lopez était chef de la recherche pour Industry Research, où il a mené des recherches à travers différentes industries et certains verticaux dont l’éducation. Il cumule plus de 20 années d’expérience dans l’industrie des technologies de l’information dans des rôles exécutifs divers : marketing, ventes, recherche et développement, service de mise en œuvre, planification stratégique, chaine d’approvisionnement et développement commercial d’entreprise. Monsieur Lopez a aussi été vice-président, développement commercial et planification stratégique, chez Frontstep ainsi que vice-président des alliances stratégiques et Amérique Latine, pour Avalon Software. Il a également occupé différents postes chez IBM en recherche et développement, marketing, ventes et gestion.

 

François Banville est partenaire exécutif chez Gartner. Basé à Québec, il consacre ses efforts à collaborer avec les dirigeants informatiques évoluant dans l’Est du Canada qui sont engagés dans le programme exécutif de Gartner. Physicien converti, François a plus de 20 ans d’expérience en gestion des technologies de l’information. Avant de se joindre à Gartner, il a travaillé 10 ans chez Holcim, un groupe cimentier international. Occupant successivement des postes au Canada, en Suisse et en Espagne, il a contribué à titre de CTO à la standardisation des processus opérationnels TI dans les pays où Holcim est actif. Il a aussi dirigé un centre de services partagés à travers lequel il a déployé une solution normalisée SAP dans une quinzaine de pays d’Europe, du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord. Il a aussi travaillé à titre de consultant chez CGI et comme analyste en recherche et exploitation à la Ville de Sherbrooke.

 

Éric Noël vice-président principal, Amérique du Nord, Oxford Analytica Concepteur, Projet Canada Vers 2030Executive Fellow – School of Public Policy, University of CalgaryJuge et parrain – XPrize Foundation
Né à Québec, Éric Noël est un géo-économiste et prospectiviste. Il est reconnu pour son expertise en marchés mondiaux, en investissements, en macrotendances et en pensée à long terme. Après des études en économie, en administration et en affaires européennes, il a débuté sa carrière dans le domaine de l’information économique internationale en Europe, aux États-Unis et en Chine il y a 31 ans. Il s’est joint à Oxford Analytica en 1993 où il a dirigé les activités nord-américaines de la firme. Moniseur Noël a conseillé des grandes entreprises, des caisses de retraites, des gouvernements, des ONG et les Nations-Unies dans une trentaine de pays, et pour des transactions dépassant les 30 milliards de dollars.  Associé à l’École de Politique publique de l’Université de Calgary et à la Fondation XPrize, il est aussi le concepteur du projet Canada Vers 2030 – un projet de prospective sur les enjeux à long terme qui a attiré plus de 4 500 Canadiens lors d’une douzaine de rencontres d’un océan à l’autre.

 

Vincent Tanguay. Détenteur d’une maîtrise en administration publique et d’un diplôme de 2e cycle en administration internationale à l’ÉNAP et d’un Baccalauréat en pédagogie et d’une Licence en théologie de l’Université Laval, Vincent Guay est collaborateur pour des mandats spéciaux au CEFRIO depuis 2014. Auparavant, il a été près de dix ans vice-président Innovation et Transfert pour ce même organisme. Il a occupé d’autres fonctions au sein de CGI et pour le Secrétariat de l’autoroute de l’information après avoir été directeur général adjoint et directeur des services éducatifs à l’école secondaire La Rochebelle pendant douze ans. Président du Conseil d’administration de la TELUQ entre 2003 et 2015, monsieur Tanguay a aussi été membre de plusieurs conseils d’administration, entre autres ceux de l’Institut canadien du Québec, de l’Association francophone pour le savoir (ACFAS) et de l’Association canadienne d’éducation de langue française (ACELF).

 

Jacques Cool est natif du Nouveau-Brunswick et réside au Québec maintenant. Il est détenteur de diplômes universitaires en biologie et en éducation et il a travaillé en éducation pendant 30 ans au Nouveau-Brunswick à diverses fonctions : enseignant en sciences, chef de département, conseiller en évaluation, responsable de programmes d’études, gestionnaire en e-learning, coordonnateur en leadership, technopédagogue, spécialiste en évaluation en ligne et au dossier des écoles communautaires. Il a travaillé notamment au ministère de l’Éducation du Nouveau-Brunswick, à l’Université de Moncton et au Collège communautaire du Nouveau-Brunswick. C’est maintenant à Montréal qu’il poursuit sa route à titre de directeur du CADRE21, un organisme voué au développement professionnel des enseignants et à l’innovation pédagogique partout en Francophonie canadienne et internationale. Il siège au comité éditorial de la revue Éducation Canada depuis 2014 et blogue depuis 2004 au http://zecool.com en plus de mener une veille active sur Twitter (@zecool).

 

 

Louis Bujold est diplômé en physique de l’Université de Sherbrooke et a enseigné cette discipline pendant plus d’une dizaine d’années au Cégep de la Gaspésie et des Îles. Il a ensuite poursuivi une carrière en gestion dans cet établissement, tout d’abord comme directeur du Campus de Carleton-sur-Mer et puis comme directeur des études, poste qu’il occupe maintenant depuis 2009. Il est animé par le désir de rendre accessible à la population de sa région des programmes d’études collégiales diversifiés et de qualité, et ce, malgré le contexte démographique difficile. Des innovations comme les programmes de mobilité interrégionale, la bidiplômation, la modulation de la formation ou encore la formation à distance dans de nombreux programmes à temps complet au secteur régulier sont autant d’exemples de sa détermination à réaliser pleinement la mission de son collège de région.

 

Philippe Flamand est chargé de projets au service de la conception et production du Cégep à distance. Il détient une maîtrise en technologie éducative et œuvre dans le milieu de la formation depuis 1995 et depuis plus de 15 ans en formation à distance. Il a à son actif l’élaboration de l’architecture et la mise en œuvre de plusieurs projets et programmes.

 

 

 

 

Michel Vervais est chef de projets au service de la conception et production du Cégep à distance. Diplômé de l’Université du Québec à Montréal il travaille dans le domaine de l’éducation depuis 1992 et depuis déjà plus de 9 ans au Cégep à distance. Il a à son actif l’élaboration de plusieurs cours dont Initiation à la science politique pour lequel il a reçu le prix du ministre de l’Éducation en 2016.

 

 

 

 

Nicole Perreault a débuté sa carrière collégiale comme professeure de psychologie et conseillère pédagogique. Elle a ensuite été directrice de deux organismes collégiaux avant de devenir conseillère pédagogique TIC au Collège Édouard-Montpetit. Depuis 2005, Nicole est l’animatrice du Réseau des répondantes et répondants TIC qui regroupe les conseillers pédagogiques TIC du réseau collégial.  Le Réseau REPTIC conçoit des cadres de références et des ressources dont les travaux sont mis à la disposition du réseau collégial. C’est le cas, par exemple, du Profil TIC des étudiants du collégial et de l’espace ProfilTIC.ca, de même que du site MonImageWeb.com.  Nicole a écrit de nombreux articles et donné divers ateliers conférences sur les enjeux pédagogiques du recours au numérique. Leur intégration dans un contexte de réussite des étudiants est un sujet qui l’intéresse particulièrement.

 

Denyse Blanchet mène une carrière impressionnante dans le secteur public depuis plus de 40 ans. Gestionnaire chevronnée, reconnue pour son leadership et sa volonté constante d’innover, elle se démarque par ses nombreuses implications et par son engagement sans relâche dans l’avancement des femmes et de la vie socioéconomique du Québec. Lauréate des Femmes d’affaires du Québec, catégorie cadre, organisme parapublic en 2013, madame Blanchet occupe des fonctions de ‘hors cadre’ au sein du réseau collégial du Québec depuis près de 15 ans, d’abord au Cégep de la Gaspésie et des Iles à titre de directrice des études, puis au Collège Montmorency de Laval, à titre de directrice des études et de directrice générale. Elle est actuellement directrice générale au Cégep de Chicoutimi.