Communiqués
Mémoires et avis
Textes d’opinion
Autres
2022
2021
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000
1999
1998
1997
janvier
février
mars
avril
mai
juin
juillet
août
septembre
octobre
novembre
décembre
Résultat(s)

Filtres sélectionnés:

89e Congrès de l’Acfas

MONTRÉAL, LE 9 MAI 2022 – Avec huit colloques organisés et plus d’une centaine de communications données par des chercheurs et des chercheuses en provenance de plus de 30 cégeps et d’une quinzaine de centres collégiaux de transfert de technologie et de pratiques sociales (CCTT), la recherche collégiale sera encore une fois bien présente au 89e Congrès de l’Acfas qui commence aujourd’hui et se poursuivra jusqu’au 13 mai.

Sur le thème Sciences, innovations et sociétés, cette semaine complète d’événements, de colloques et de discussions sur la recherche et les savoirs, organisée en collaboration avec l’Université Laval, se déroulera entièrement en ligne pour une deuxième année consécutive. Ce 89e Congrès sera en outre l’occasion de souligner le 100e anniversaire de l’Acfas et à ce titre la Fédération des cégeps tient à lui lever son chapeau pour tout le travail accompli, année après année depuis un siècle, afin de faire rayonner les sciences et le savoir d’ici et d’ailleurs.

Les colloques : de la relève scientifique au collégial à la diversité ethnoculturelle dans les arts québécois, en passant par les avancées en matière de biomatériaux, les enjeux de l’intelligence artificielle et les laboratoires vivants comme outils de transition post-COVID

Parmi les huit colloques mis sur pied par des chercheurs et chercheuses du réseau collégial public à l’occasion de ce 89e congrès de l’Acfas, deux aborderont des enjeux spécifiquement liés à la recherche collégiale et à la relève scientifique, dont le traditionnel colloque de l’Association pour la recherche au collégial (ARC). Par ailleurs, dans le cadre du colloque 100 ans de recherche : réalisations et destinations, Sylvain Poirier, directeur adjoint de la recherche à la Fédération des cégeps, reviendra sur l’évolution de la recherche collégiale à travers le temps, avant de brosser un portrait de la situation actuelle et de présenter quelques perspectives d’avenir, notamment sous l’angle du soutien à l’avancement, à l’application et au transfert scientifique (10 mai, colloque 19).

Nouveaux enjeux pour la recherche collégiale (colloque 1)
Lundi 9 mai
Les enjeux seront nombreux et significatifs pour la recherche collégiale au cours des prochaines années, peu importe le type, le secteur ou le lieu de production. À ce titre, le colloque de l’Association pour la recherche au collégial (ARC) ralliera les forces vives et offrira un espace et un temps de délibération pour l’avancement de cette recherche. Fidèle à sa participation au congrès de l’Acfas depuis plus de 20 ans, l’ARC favorisera les échanges au sein de la communauté scientifique collégiale, tout comme avec l’ensemble des publics joints par le congrès de l’Acfas, d’une part, et offrira une tribune pour faire connaître les travaux produits au sein du réseau collégial, d’autre part. Responsables : Lynn Lapostolle, Association pour la recherche au collégial (ARC), Renaud Bellemare, Collège Montmorency.

Science, philosophie, société (colloque 302)
Du lundi 9 au jeudi 12 mai
Faisant écho au thème du 89e Congrès de l’Acfas, la Société de philosophie du Québec invitera ses membres à réfléchir à la complexité et à la richesse des rapports (passés, présents et futurs) entre science, philosophie et société. Comment et par quelles voies la philosophie peut-elle contribuer à la science? Inversement, qu’est-ce que la science peut amener à la philosophie, et comment décrire cet apport? Et comment ce dialogue pourrait-il enrichir la contribution de la philosophie aux grands débats de société? Responsables : Pierre-Olivier Méthot, Université Laval, Mélanie Turmel-Huot, Cégep Limoilou.

Étudiantes et étudiants du collégial : bastion de la relève en recherche (colloque 212)
Mardi 10 mai
Alors que l’économie s’appuie de plus en plus sur le savoir et que la découverte et la préparation de la relève scientifique commencent à un âge de plus en plus précoce, les activités de recherche menées par de nombreux étudiants et étudiantes du collégial ne sont pas encore suffisamment connues, et encore moins reconnues et valorisées. Le présent colloque s’inscrit dans la continuité de deux colloques organisés lors d’éditions précédentes du congrès de l’Acfas pour mettre en lumière les résultats de recherche de ces étudiants et de ces étudiantes dans le secteur des sciences naturelles et du génie. Ce troisième colloque vise à pérenniser l’événement en offrant une tribune pour que les étudiants et étudiantes puissent présenter leurs travaux; il sera désormais organisé régulièrement, annuellement ou biannuellement. Responsables : Mohamed Benhaddadi, Cégep du Vieux Montréal, Lynn Lapostolle, Association pour la recherche au collégial (ARC).

L’industrie de la transformation du bois à l’heure de la transition écologique et énergétique (colloque 210)
Du mardi 10 au mercredi 11 mai
Au cours des dernières décennies, l’industrie du bois s’est grandement transformée et diversifiée. De nouvelles voies de valorisation des rejets et sous-produits de cette industrie sont présentement en développement et permettront de diversifier et surtout d’optimiser l’utilisation du bois. Ce colloque permettra notamment de faire le point sur les dernières avancées dans le domaine des biomatériaux, matériaux avancés et sur la bioénergie dans l’industrie du bois, mais aussi de créer des liens entre les divers acteurs œuvrant de près ou de loin en recherche sur ce matériau. Responsables : Véronic Landry et Gabrielle Boivin, Université Laval, Julien Bley, Cégep de Trois-Rivières, Phuong Nguyen-Tri, UQTR, Houssein Awada, Cégep de Victoriaville, Papa Niokhor Diouf, Cégep de Rimouski.

Approche responsable de l’IA et du numérique du développement de l’apprentissage tout au long de la vie : entre capacitation et bien-être (colloque 507)
Du mercredi 11 au jeudi 12 mai
La course à la mobilisation du numérique et de l’intelligence artificielle (IA) pour la transformation pédagogique devient une priorité des institutions éducatives afin de mieux répondre aux besoins de développement des compétences humaines et techniques ainsi que du marché du travail en pleine mouvance, tout en s’inscrivant dans des démarches critiques et éthiques. Ce colloque vise à faciliter des discussions et des réflexions constructives autour 1) de l’appropriation responsable et efficace de l’IA et du numérique pour des expériences d’apprentissage augmentées, adaptatives, inclusives, équitables et surtout plus humaines; 2) des compétences techniques et humaines requises pour concevoir, développer, déployer et faciliter des formations à l’aide de l’IA et du numérique d’une façon critique, éthique, responsable et durable (dimensions environnementales, sociologiques et économiques); et 3) de la capacitation et du bien-être par et à travers l’IA responsable et le numérique accessible. Responsables : Nadia Naffi et Didier Paquelin, Université Laval, Chris Isaac Larnder, Cégep John Abbott College, Simon Parent et Normand Roy, Université de Montréal, Ann-Louise Davidson, Université Concordia, Simon Collin, UQAM.

Penser l’équité pour transformer les visions et les pratiques en enseignement supérieur au collégial (colloque 510)
Du mercredi 11 au jeudi 12 mai 2022
Comme le démontre nombre de travaux de recherche, bien que l’accès à l’enseignement supérieur se soit démocratisé, les inégalités continuent à se (re)produire sur la base des rapports sociaux de sexe, de racialisation et de classe chez les personnes apprenantes comme au sein du corps enseignant et professionnel. La crise sanitaire semble d’ailleurs avoir renforcé ces inégalités. Prenant en compte les concepts de diversité, d’inclusion et de pratiques inclusives, ce colloque est une invitation à réunir différents acteurs et différentes actrices des milieux d’enseignement collégial pour penser l’équité et ses liens avec nos visions, nos réflexions pédagogiques, nos façons d’aborder les rapports de pouvoir en classe ou nos envies de transformation. Responsables : Emilie Doutreloux, Cégep de l’Outaouais, Francis Djibo, Cégep de Rivière-du-Loup, Aimie Forbes, Cégep de la Gaspésie-et-des-Îles, Claire Moreau et Aude Séguin, Université de Sherbrooke.

Laboratoires vivants et autres labs, des outils pour les transitions (colloque 637)
Du mercredi 11 au jeudi 12 mai
À l’heure des premiers bilans de la pandémie de COVID-19, il paraît clair que la sortie de la situation pandémique appelle une série de transitions vers des systèmes écologiques, économiques et sociaux plus durables et plus résilients. Les laboratoires vivants (living labs), tiers lieux et autres labs font partie des moyens pour outiller les projets de transition. Depuis le début de la crise sanitaire, ils ont su faire preuve d’une grande créativité, tant pour maintenir leur existence que pour trouver des solutions destinées à contourner les effets négatifs et les répercussions de la COVID -19. L’objectif central de ce colloque sera donc de tirer les leçons des apprentissages issus de la situation de crise pour explorer le potentiel des labs comme outils de gestion des transitions vers un avenir plus durable et résilient. Responsables : Steve Joncoux et David Guimont, Cégep de Rivière-du-Loup, Geneviève Baril, ENAP, Arnaud Scaillerez, Université de Moncton, Jacques A. De Guise, ÉTS, Danielle Lafontaine, UQAR, Ann-Louise Davidson, Université Concordia.

Diversité ethnoculturelle dans le milieu des arts québécois : trajectoires, barrières et stratégies (colloque 636)
Vendredi 13 mai
L’inclusion socioprofessionnelle des personnes issues de l’immigration et de la diversité ethnoculturelle demeure un défi majeur au Québec. Dans le milieu des arts et de la culture, ce défi se pose avec une plus grande acuité. Certes, qu’il s’agisse de l’industrie de la musique, du monde du théâtre ou encore du milieu de la danse, chaque domaine fonctionne avec ses propres règles et instances de légitimation. Il n’en demeure pas moins que les difficultés rencontrées par ces artistes se retrouvent dans tous les domaines, même si elles se manifestent avec une intensité et des formes variables. Ainsi, ce colloque sera l’occasion de réfléchir aux enjeux liés à l’inclusion des artistes immigrants ou issus de la « diversité » dans le milieu culturel québécois, qui s’avère être un objet peu étudié dans les sciences sociales. Responsables : Kaisa Vuoristo, Danic Ostiguy, Monica Schlobach, Nordin Lazreg et Bénédict Nguiagain, Collège de Maisonneuve, Claire Alvarez, UQAM.

Communications : de l’intuitionnisme brouwérien à la télé-réalité, en passant par l’économie circulaire, l’humour et la philosophie, le libre marché et l’algoculture

Que ce soit dans le cadre de colloques organisés par leurs collègues des réseaux collégial ou universitaire, par le biais de communications libres ou de leur participation à des tables rondes, plus d’une centaine de chercheurs et de chercheuses de cégeps présenteront leurs résultats de recherche tout au long de cette semaine de congrès, et ce, dans une pluralité de champs d’études.

Parmi ceux-ci et celles-ci, en ce premier jour de congrès, Francis Proulx du Cégep régional de Lanaudière à Joliette s’attellera à vulgariser l’intuitionnisme brouwérien face au problème de l’existence en mathématiques (lundi 9 mai, colloque 302), alors que Daniel Poisson du Cégep de Saint-Félicien exposera les enjeux et les opportunités de l’économie circulaire pour l’industrie de la fourrure et du cuir (lundi 9 mai, colloque 611).

Le lendemain, Pierre Olivier Ouimet du Cégep de Victoriaville viendra présenter la contribution des incubateurs d’entreprises agricoles à la recomposition des territoires (mardi 10 mai, colloque 408), alors que Yannick Duguay du Centre de géomatique du Québec (CGQ), associé au Cégep de Chicoutimi, expliquera en quoi l’observation de la Terre peut rendre service aux communautés et aux entreprises (mardi 10 mai, colloque 213). De son côté, Pascale Aubin du Cégep de Lévis prendra le ridicule au sérieux en tissant des liens entre l’humour et la philosophie au collégial (mardi 10 mai, colloque 302).

Par ailleurs, le mercredi, on pourra entendre Emilie Robert du Cégep du Vieux Montréal présenter le guide et outil diagnostic Incluvis pour favoriser l’inclusion en emploi des personnes en situation de handicap (mercredi 11, colloque 450), Hugo St-Louis du Cégep de Saint-Hyacinthe exposer une initiative réalisée au cours de la dernière décennie pour développer des connaissances et des compétences au niveau secondaire et collégial en matière d’intelligence artificielle (mercredi 11 mai, colloque 507) et Patrick Moreau du Collège Ahuntsic démontrer le double standard de la tolérance et de l’ouverture dans le monde anglo-saxon (mercredi 11 mai, colloque 639). Par ailleurs, le même jour, Caroline Savard du Cégep de Jonquière participera à une table ronde sur les nouveaux médias et les choix que font les jeunes pour s’informer (mercredi 11 mai, colloque 644).

Au jour suivant, Emilie Doutreloux du Cégep de l’Outaouais viendra présenter les résultats d’une recherche-action participative qui a permis d’appliquer le principe d’équité pour garantir une juste égalité des chances aux personnes allophones issues de l’immigration récente (jeudi 12 mai, colloque 510), pendant que Christian Jobin du Cégep Beauce-Appalaches explorera la figure du « libre marché » à travers le concept de justice en se demandant si le marché accorde à chacun ce qu’il mérite (jeudi 12 mai, colloque 302).

Au dernier jour de ce 89e Congrès de l’Acfas, Esteban Figueroa du Centre de recherche en innovation sociale spécialisée en développement durable (CIRADD) associé au Cégep de la Gaspésie et des Îles présentera Manger notre Saint-Laurent, un collectif de passionnés issus de milieux variés qui œuvrent à la découverte et à l’appropriation des ressources comestibles du Saint-Laurent (vendredi 13 mai, colloque 626). Dans un même ordre d’idées, Éric Tamigneaux du Cégep de la Gaspésie et des Îles et ses collèges de Merinov et de l’UQAR-ISMER tâcheront de leur côté d’identifier les défis et les opportunités liés à l’émergence de l’algoculture dans l’Est du Canada (vendredi 13 mai, colloque 202). Enfin, Francis Boilard du Cégep Édouard-Montpetit s’interrogera sur la légitimité de la télé-réalité en tant que contenu culturel (vendredi 13 mai, colloque 415).

La recherche collégiale, c’est…
Depuis leur création, les cégeps contribuent à l’accroissement du savoir et à l’avancement des sciences à travers des projets de recherche dans des champs d’application multiples et variés ainsi qu’à travers des collaborations avec des universités, des ministères et des partenaires nationaux et internationaux. Les chercheuses et les chercheurs du collégial exercent leurs activités au sein de leur département ou dans des groupes de recherche. Dotés de nombreux de groupes de recherche et de 55 centres collégiaux de transfert de technologie et de pratiques sociales (CCTT) répartis sur l’ensemble du territoire, les cégeps répondent à des besoins d’innovation et de transfert dans les organisations et dans les entreprises, en particulier dans les PME, ou encore mènent des travaux axés sur le développement de pratiques sociales novatrices dont les retombées profitent à la société dans son ensemble. En valorisant la recherche auprès de l’ensemble des membres de la communauté collégiale, les cégeps favorisant l’émergence de la relève scientifique tout aussi bien que la vitalité de programmes d’études de haut niveau.

La Fédération des cégeps est le regroupement volontaire des 48 collèges publics du Québec. Elle a été créée en 1969 dans le but de promouvoir le développement de la formation collégiale et des cégeps. Elle agit comme porte-parole officiel et lieu de concertation des cégeps, à qui elle offre des services en matière de pédagogie, d’affaires étudiantes, d’affaires internationales, de formation continue et de formation aux entreprises, de financement, de recherche, de ressources humaines, d’évaluation de la scolarité, d’affaires juridiques, de ressources informationnelles, de négociation et de relations du travail. La Fédération des cégeps représente les collèges pour la négociation des conventions collectives.

— 30 —

Pour suivre les activités des cégeps au 89e Congrès de l’Acfas en direct sur Twitter, rendez-vous sur le compte @fedecegeps ou recherchez le mot-clic #AcfasCégep.

Pour la programmation complète du 89e Congrès de l’Acfas, visitez le site Web de l’Acfas.

RENSEIGNEMENTS :

Judith Laurier

Directrice des communications

Fédération des cégeps

514 381-8631 poste 2337 ; cellulaire : 514 239-2088

Twitter : @fedecegeps