Communiqués
Mémoires et avis
Textes d’opinion
Autres
2022
2021
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000
1999
1998
1997
janvier
mars
mars
avril
mai
juin
juillet
août
septembre
octobre
novembre
décembre
Résultat(s)

Filtres sélectionnés:

Montréal, le 28 mars 2022 — À l’occasion d’une entrevue diffusée sur les ondes du 98,5 FM le matin du 25 mars 2022, M. Bernard Tremblay, président-directeur général de la Fédération des cégeps, faisait part de son inquiétude de voir réduire l’accès à la diplomation de certains étudiants des cégeps anglophones ayant un niveau insuffisant de français pour réussir des cours réguliers en français. En effet, une obligation de suivre au moins trois cours en français a été ajoutée aux étudiants et aux étudiantes des cégeps anglophones dans le cadre des travaux relatifs au projet de loi n° 96, Loi sur la langue officielle et commune du Québec, le français.

Lors de cette entrevue, des propos auraient pu être mal interprétés. « Il était inapproprié de laisser entendre que l’éducation physique n’est pas un “cours de contenu”. Loin de moi, l’intention d’offenser le corps enseignant ou de vouloir minimiser l’importance de l’éducation physique qui fait partie de la formation générale au collégial. J’aurais dû mentionner que l’éducation physique fait partie des contenus exclus des trois cours devant être suivis en français par les étudiantes et les étudiants des cégeps anglophones. Je tiens à m’en excuser », a indiqué M. Tremblay.

M. Tremblay faisait référence au futur article 88.0.2 de la Charte de la langue française, édicté par l’article 58 du projet de loi no96, qui a été modifié et se lit de la façon suivante :

« L’enseignement collégial dans un établissement francophone se donne en français sous réserve des exceptions prévues à la présente sous-section. Il peut être donné en anglais dans un établissement en anglais.

L’établissement qui donne en anglais l’enseignement collégial doit néanmoins s’assurer que tout étudiant inscrit dans un programme d’études conduisant au diplôme d’études collégiales, réussisse, avant que ne lui soit délivré un tel diplôme, un minimum de trois cours donnés en français, à l’exclusion des cours de langue d’enseignement et de langue seconde de même que des cours d’éducation physique. L’établissement doit voir à ce que ces cours soient donnés à l’étudiant. »

La Fédération des cégeps a toujours défendu l’importance de préserver la formation générale dans tous les programmes au collégial, un des piliers du fondement de la création des cégeps. Les cours d’éducation physique font partie des cours obligatoires et demeurent essentiels pour favoriser le développement des saines habitudes de vie.

La Fédération des cégeps est le regroupement volontaire des 48 collèges publics du Québec. Elle a été créée en 1969 dans le but de promouvoir le développement de la formation collégiale et des cégeps. Elle agit comme porte-parole officiel et lieu de concertation des cégeps, à qui elle offre des services en matière de pédagogie, d’affaires étudiantes, d’affaires internationales, de formation continue et de formation aux entreprises, de financement, de recherche, de ressources humaines, d’évaluation de la scolarité, d’affaires juridiques, de ressources informationnelles, de négociation et de relations du travail. La Fédération des cégeps représente les collèges pour la négociation des conventions collectives. 

— 30 —

RENSEIGNEMENTS :

Judith Laurier

Directrice des communications

Fédération des cégeps

514 381-8631 poste 2337 ; cellulaire : 514 239-2088

Twitter : @fedecegeps