Communiqués
Mémoires et avis
Textes d’opinion
Autres
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000
1999
1998
1997
janvier
février
mars
avril
mai
juin
juillet
août
septembre
octobre
novembre
décembre
Résultat(s)

Filtres sélectionnés:

BUDGET 2007-2008 DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC : LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS EST DÉÇUE ET TRÈS PRÉOCCUPÉE POUR L’AVENIR

Montréal, le 24 mai 2007 – La Fédération des cégeps, qui regroupe les 48 collèges publics du Québec, exprime sa vive déception devant le budget 2007-2008 déposé aujourd’hui par la ministre des Finances et présidente du Conseil du trésor, Mme Monique Jérôme-Forget.

« Assurer le strict minimum et recycler des annonces déjà connues – certaines datent de l’an 2000! – n’est certainement pas ce qu’on appelle réinvestir en éducation. Le Parti libéral du Québec avait pourtant clairement indiqué en campagne électorale vouloir faire de l’enseignement supérieur une priorité collective », a déclaré M. Gaëtan Boucher, président-directeur général de la Fédération des cégeps.

Le budget 2007-2008 comporte principalement la couverture de l’augmentation des coûts de système des cégeps – évaluée à 32 M$ environ –, un montant de 13 M$ rattaché à la hausse de la population étudiante, et la reconduction de mesures déjà annoncées par le gouvernement, par exemple le montant de 42 M$ pour soutenir la persévérance et la réussite scolaire (annoncé en 2000), le montant de 20 M$ pour soutenir les cégeps éloignés et diminuer les effets de la décroissance de clientèle (annoncé en 2001) et le réinvestissement de 30 M$ au collégial (annoncé en 2006).

Selon M. Boucher, « Une proportion de 86 % du budget des cégeps provient de l’État québécois, 0 % provient du fédéral et leurs autres revenus sont plafonnés. Pourtant, ils font preuve d’une gestion exemplaire et présentent des budgets équilibrés. Contrairement aux universités, ils ne peuvent répondre aux nombreux besoins des étudiants en déclarant ensuite des déficits. Très clairement, nous attendions du gouvernement du Québec qu’il amorce dès 2007-2008 le nécessaire redressement financier de notre réseau ». C’est d’ailleurs ce que les directions générales des 48 collèges ont réclamé le 1er mai dernier, dans une lettre conjointe adressée au premier ministre du Québec.

Le sous-financement des cégeps, loin d’être réglé

Selon une étude de la Fédération des cégeps validée par des experts externes, le sous-financement du réseau collégial public s’élève présentement à 305 M$. « Le réseau collégial public a besoin d’un réinvestissement substantiel en vue de donner sa pleine mesure tant sur le plan de l’accessibilité à la formation que sur le plan de la quantité et de la qualité des services », a indiqué M. Gaëtan Boucher, président-directeur général de la Fédération des cégeps.

L’augmentation des transferts fédéraux au postsecondaire à partir de 2008-2009 devra absolument servir à soutenir rapidement l’enseignement supérieur, dont les cégeps constituent 40 % du budget. Il en va de la capacité du réseau collégial public à répondre pleinement aux besoins croissants de la population.

Autres mesures

Par ailleurs, le budget prévoit une réforme en profondeur de la comptabilité du gouvernement, qui conduira à l’intégration des hôpitaux, des commissions scolaires et des cégeps dans son périmètre comptable. Par souci de transparence, la Fédération considère que les universités devraient être incluses dans le périmètre comptable du gouvernement, comme le seront désormais les deux autres réseaux d’enseignement.

Parmi les autres mesures annoncées aujourd’hui, la Fédération retient le dépôt l’automne prochain d’un plan d’investissements de 30 milliards sur cinq ans consacrés principalement à maintenir les actifs et à résorber le déficit d’entretien des infrastructures publiques. Elle retient également le réinvestissement de 150 M$ pour le remplacement et la modernisation des équipements informatiques dans les réseaux d’enseignement. La Fédération sera très attentive à la répartition entre les réseaux des sommes rattachées à ces deux mesures.

Des dossiers toujours en attente

Outre le nécessaire redressement financier des cégeps, le réseau collégial public est toujours en attente de solution dans trois dossiers administratifs : la récurrence des coûts de main-d’œuvre, le maintien des actifs et la sécurité d’emploi du personnel enseignant. Selon M. Boucher, « Les cégeps font l’objet d’un traitement inéquitable dans le cas de ces trois dossiers toujours en suspens. Il est impératif que le réseau obtienne des réponses satisfaisantes à ce sujet dans les prochaines semaines, avant le dépôt des règles budgétaires des cégeps ».

– 30 –
Source : Caroline Tessier, directrice des communications
Cellulaire : (514) 239-2088