Communiqués
Mémoires et avis
Textes d’opinion
Autres
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000
1999
1998
1997
janvier
février
mars
avril
mai
juin
juillet
août
septembre
octobre
novembre
décembre
Résultat(s)

Filtres sélectionnés:

RÉACTIONS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS AU BUDGET DU QUÉBEC 2007-2008

Montréal, le 20 février 2007 – Dans une réaction préliminaire au Budget du Québec 2007-2008, la Fédération des cégeps reçoit bien la hausse de 4,4 % du budget de l’éducation. Cette hausse comprend les ajustements salariaux, incluant l’équité salariale, le réinvestissement de 120 M$ au postsecondaire et l’enveloppe pour l’entretien des bâtiments des trois réseaux d’enseignement. Cette hausse devrait permettre de couvrir l’augmentation des coûts de système dans le réseau collégial public. Le fait que le budget ne soit pas accompagné du dépôt des crédits rend toutefois impraticable l’examen détaillé des différentes mesures.

La Fédération s’attend à ce que les crédits à venir comportent le maintien du montant de 15 M$ pour soutenir les établissements en décroissance de clientèle, la reconduction du montant du 5 M$ destiné à soutenir la réussite des étudiants et des ressources additionnelles pour assurer le développement du réseau collégial public. Ces ressources serviront entre autres à soutenir les services aux étudiants handicapés, à combler les différents besoins reliés aux technologies de l’information, à répondre aux besoins en énergie, et à assurer aux cégeps leur juste part dans l’enveloppe destinée à l’entretien des bâtiments.

Pas de réponse au sous-financement des cégeps

Les besoins de réinvestissement des cégeps ne trouvent pas de réponse dans le Budget 2007-2008. Selon une étude de la Fédération des cégeps validée par des experts externes, le sous-financement du réseau collégial public s’élève présentement à 305 M$. «Le réseau collégial public a besoin d’un réinvestissement substantiel et rapide, en vue de donner sa pleine mesure tant sur le plan de l’accessibilité à la formation que sur le plan de la quantité et de la qualité des services», a indiqué M. Gaëtan Boucher, président-directeur général de la Fédération des cégeps.

C’est pourquoi le règlement du dossier du déséquilibre fiscal, auquel le ministre des Finances, M. Michel Audet, fait référence dans son Budget, est primordial. Le gouvernement indique d’ailleurs qu’il s’engage à investir davantage en enseignement supérieur moyennant des sommes supplémentaires du gouvernement fédéral. Le budget qui sera déposé ce printemps par le gouvernement Harper devra absolument comporter la hausse – maintes fois annoncée – des transferts à l’enseignement postsecondaire. Selon M. Boucher, « il en va de la capacité des collèges à se développer et à répondre pleinement aux besoins croissants de la population ».
Tant en ce qui concerne les transferts fédéraux au postsecondaire qu’en ce qui concerne un éventuel réinvestissement en enseignement supérieur, les cégeps devront obtenir au moins 40 % des sommes investies. Cela correspond à la part des collèges dans le budget du Québec consacré au postsecondaire. Selon un sondage CROP-Express, 64 % des Québécois et des Québécoises estiment que les cégeps devront recevoir entre 40 % et 50 % des sommes investies.

Parmi les éléments du Budget dévoilés aujourd’hui, la Fédération sera très attentive à la nouvelle Stratégie pour le développement de toutes les régions, à laquelle le gouvernement alloue 825 millions sur cinq ans. Comme les cégeps sont au cœur du développement social et économique des régions, ils devront nécessairement occuper une place significative dans les orientations et la mise en œuvre de cette Stratégie.

– 30 –
Source : Caroline Tessier, directrice des communications
Téléphone : (514) 381-8631, poste 2337
Cellulaire : (514) 239-2088