Communiqués
Mémoires et avis
Textes d’opinion
Autres
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000
1999
1998
1997
janvier
février
mars
avril
mai
juin
juillet
août
septembre
octobre
novembre
décembre
Résultat(s)

Filtres sélectionnés:

Négociation des conventions collectives du personnel enseignant au cégep

Dans un contexte en évolution, les cégeps doivent avoir les moyens nécessaires pour agir efficacement, rapidement, localement

Montréal, le 2 février 2004 – L’équipe patronale de négociation des collèges, qui regroupe la Fédération des cégeps et le ministère de l’Éducation, a déposé ce matin ses offres aux fédérations syndicales enseignantes du réseau collégial public. Selon le président-directeur général de la Fédération des cégeps, M. Gaëtan Boucher : « La négociation qui s’enclenche doit nous permettre collectivement, avec la contribution des enseignants et des enseignantes, d’augmenter notre capacité d’action et d’adaptation comme réseau. Chaque cégep doit avoir les moyens d’agir efficacement, rapidement et localement, dans le but d’offrir aux jeunes et aux adultes des services éducatifs de qualité ».

La négociation se déroulera dans un contexte en pleine évolution, marqué par la tenue d’un forum de réflexion sur les cégeps ce printemps. Les orientations patronales de négociation tiennent compte des nouvelles réalités auxquelles le réseau collégial doit faire face, notamment une population étudiante diversifiée, des départs massifs à la retraite d’ici 2010 et une pression accrue vis-à-vis de l’imputabilité et de la reddition de comptes.

Principales orientations de négociation

1re orientation : tout en reconnaissant la pertinence de la structure départementale, assurer une gestion pédagogique efficace et favoriser une responsabilisation collective des enseignants et des enseignantes dans la mise en œuvre des programmes d’études. La question de la coordination départementale doit être examinée dans cette perspective.

Pour la Fédération, cette première orientation s’inscrit dans le prolongement de la réforme de 1993, qui a transformé en profondeur l’enseignement collégial. Les cégeps sont responsables de la gestion de leurs programmes d’études et ils doivent en rendre compte, ce qui est normal pour des établissements d’enseignement supérieur. Ils doivent donc s’assurer de mettre en place les conditions nécessaires pour assumer ces responsabilités.

2e orientation : mettre en place de nouveaux modèles d’organisation de l’enseignement, en vue d’apporter des réponses ad hoc à des besoins ciblés.

Les collèges ont aussi pour mission de contribuer au développement de leur région. Ils doivent composer avec un marché de l’emploi qui évolue rapidement et répondre à des demandes de formation ponctuelles. L’organisation de l’enseignement doit soutenir les projets novateurs mis sur pied par les collèges pour répondre aux besoins de leurs étudiants et de leur milieu : par exemple, des autorisations provisoires de programmes, des formules DEC-BAC entre collèges et universités, et des initiatives liées à l’utilisation des technologies.

3e orientation : assurer à la formation continue des conditions viables de développement.

Les collèges ont comme responsabilité de répondre aux besoins nombreux et variés des adultes. À travers une organisation et un fonctionnement différents de l’enseignement régulier, le secteur de la formation continue réussit à s’adapter à ces demandes. L’offre de programmes y est diversifiée et les cheminements scolaires y sont variés. Par ailleurs, le financement des programmes courts d’AEC, assuré principalement par Emploi-Québec, est fluctuant et difficile à prévoir. Pour offrir aux adultes des programmes et des services qui sont, par définition, à géométrie variable, les collèges ont besoin de toute la souplesse nécessaire au secteur de la formation continue.

4e orientation : discuter de la répartition et de l’utilisation des ressources enseignantes et faciliter l’utilisation et le replacement du personnel enseignant mis en disponibilité.

Chaque année, les collèges rencontrent des situations diversifiées (croissance ou décroissance de la population étudiante, besoins spécifiques des étudiants en matière d’aide à la réussite, renouvellement critique du personnel enseignant dans certaines disciplines, etc.), auxquelles ils doivent pouvoir faire face de manière différente. Cette orientation vise à permettre aux collèges d’utiliser leurs ressources de la meilleure manière possible, en fonction de leurs réalités et de celles de leurs étudiants.

Ouverture, diversité et créativité

Les enseignants et les enseignantes jouent un rôle de première ligne auprès de la population étudiante et leur contribution, comme celle des autres catégories de personnel, est essentielle à la réalisation de la mission des collèges. À travers la négociation qui s’enclenche aujourd’hui, les cégeps veulent discuter des changements à apporter à leur organisation afin qu’ils puissent mieux assumer leurs responsabilités dans un environnement en évolution. « La réponse aux besoins des jeunes et des adultes passe par une organisation collégiale ouverte, diversifiée et créative. Le contexte actuel nous y appelle plus que jamais », a conclu M. Boucher.

– 30 –
Source : Caroline Tessier
Cellulaire : (514) 239-2088