4

Le recrutement et l'accueil
des étudiants
internationaux

Crédit : iStock

L’UNESCO définit les étudiants internationaux comme des « Étudiants qui ont quitté provisoirement leur territoire national dans le but de poursuivre leurs études et qui sont inscrits dans un programme d’enseignement dans un pays étranger ».(1) Cette même organisation estime qu’il y avait, dans le monde, 5,3 millions d’étudiants internationaux en 2017. Ceci représente une augmentation de 30 % par rapport à 2013.(2) Au Canada, il y avait en 2018, 572 415 étudiants internationaux, soit une augmentation de 154 % en 8 ans.(3)

Les étudiants internationaux contribuent non seulement à la diversité des campus, mais également au prestige et au revenu des établissements qui les accueillent ainsi qu’à l’économie du pays d’accueil.1


Les faits saillants :

7366
étudiants

internationaux étaient inscrits dans le réseau des cégeps à l’automne 2019.

4276
étudiants

internationaux étaient inscrits à des études menant au DEC à l’automne 2019, soit une augmentation de 75 % en 6 ans.

3090
étudiants

internationaux ont été accueillis dans des programmes menant à une AEC dans 5 cégeps en 2019, alors qu’en 2013 ils n’étaient que 762 étudiants internationaux. Cela représente une augmentation de 306 % du nombre d’étudiants internationaux inscrits à une AEC en 6 ans.

78
%
des cégeps

accordaient une grande ou très grande importance au recrutement international en 2019 (63 % en 2014 et 72 % en 2010). Le recrutement et l’accueil d’étudiants internationaux est un vecteur de l’internationalisation qui a connu une croissance importante dans les priorités des cégeps.

76
des répondants

ont adopté des mesures afin d’être plus actifs en matière de recrutement international (61 % en 2014 et 46 % en 2010).

93
%
des cégeps

offrent une panoplie de services aux étudiants internationaux pour favoriser leur accueil, leur intégration et leur réussite scolaire.

Les Programmes d’exemption des droits de scolarité exigibles des étudiants internationaux et de bourses d’excellence du MEES sont des leviers importants pour le recrutement international.


Crédit : Edwin Hernandez, Cégep Limoilou

Importance du recrutement international

Sur 46 cégeps ayant complété le questionnaire, 45 ont accueilli des étudiants internationaux en 2019. En 2014, 40 % des établissements accordaient une très grande importance au recrutement international alors que cette proportion s’élevait à 60 % en 2019. Cette augmentation démontre la croissance de l’importance accordée à ce secteur d’activité.

Les trois principales raisons qui encouragent les cégeps à être actifs en recrutement d’étudiants internationaux sont :

  • le maintien de l’offre de programmes (37 % des cégeps)
  • la lutte contre la baisse démographique (35 %)
  • l’ouverture des étudiants québécois sur le monde (22 %)

Mesures prises pour être plus actifs en matière de recrutement international

Parmi les cégeps répondants, 76 % ont pris diverses mesures afin d’être davantage actifs en matière de recrutement, ce qui représente un bond de 18 % depuis 2014.

 

Stratégies de recrutement

Missions de recrutement à l’étranger

Entre 2017 et 2019, le nombre d’établissements qui ont mené des missions de recrutement d’étudiants a bondi de 30 %, passant de 27 à 35 respectivement. Alors que la durée moyenne des missions de recrutement était de 14 jours en 2017-2018, elle se situait à 19 jours en 2018-2019.

Recours à des agences de recrutement

Les agences de recrutement font la promotion de l’établissement auprès de candidats potentiels sur un territoire donné. Ces agences peuvent également être mandatées pour accompagner les étudiants dans leurs demandes d’admission et de documents d’immigration, à condition que leur personnel soit dûment accrédité pour fournir des conseils en immigration.1

En 2019, 10 cégeps (22 %) ont indiqué avoir recours à des agents de recrutement à l’étranger. Cinq cégeps rapportent que 212 étudiants, au total, ont été recrutés grâce à des agences. L’écart est majeur dans les effectifs étudiants : deux cégeps ont accueilli respectivement, grâce à ces agences, 96 et 100 étudiants alors que trois cégeps ont recruté 10 étudiants ou moins.

Les cinq pays pour lesquels ces cégeps ont fait appel à des agences de recrutement sont la Chine, l’Inde, le Brésil, la Côte d’Ivoire et la France.

Participation à un regroupement pour le recrutement

Afin de mettre en commun leurs ressources et d’étendre la portée de leurs actions de recrutement international, 63 % des cégeps ont indiqué participer activement à un ou plusieurs regroupements d’établissements.

Parmi les 30 cégeps qui ont participé à un regroupement en 2019, 19 (63 %) ont reçu un soutien financier de la part de l’un de ces regroupements. Ce financement a été utilisé pour couvrir une partie des frais de déplacement liés au recrutement (95 % des cas), pour financer la participation à un salon de recrutement présentiel ou virtuel (63 %) ou pour couvrir les frais d’inscription à un événement (58 %).

Type de dépenses couvertes par les différentes actions de recrutement regroupées*

  • Frais de déplacement – 18 cégeps, 95 % du total des cégeps ayant reçu du financement
  • Kiosque (présentiel ou virtuel) – 12 cégeps, 63 %
  • Frais d’inscription à un événement – 11 cégeps, 58 %
  • Outils promotionnels – 7 cégeps, 37 %
  • Embauche de personnel – 4 cégeps, 21 %

*Rappelons que 19 cégeps ont reçu un appui financier d’un regroupement dont ils font partie.

1.

*Rappelons que 19 cégeps ont reçu un appui financier d’un regroupement dont ils font partie.

1. Hulme, M., Thomson, A., Hulme, R. et Doughty, G. (2014). Trading places: The role of agents in international student recruitment from Africa. Journal of further and higher education, 38(5), 674-689. HigherEdMe (2019). Student Recruitment Services : Main student recruitment services for international students. Repéré à http://www.higheredme.com/student-recruitment-services/.

Sources de financement pour le recrutement

La moitié des établissements financent eux-mêmes les activités liées au recrutement et à l’accueil des étudiants internationaux. Les sources de financement des cégeps étaient les mêmes en 2019 qu’en 2014 pour ce secteur d’activité.

En 2019, 78 % des cégeps ont eu recours au Programme des bourses d’excellence et au Programme d’exemptions de droits de scolarité supplémentaires exigibles des étudiants internationaux financés par le MEES et gérés par la Fédération des cégeps. Ces programmes du MEES sont la source de financement la plus utilisée par les cégeps.

Les étudiants internationaux par programmes et pays dans les programmes réguliers1

À l’automne 2019, 4 276 étudiants internationaux étaient inscrits dans des programmes d’études menant à l’obtention d’un DEC dans les 46 cégeps répondants. Parmi ceux-ci, 83 % ont opté pour un programme technique. Il s’agit d’une augmentation de 75 % en six ans. En 2013, 2 442 étudiants internationaux étaient inscrits dans les cégeps, dont 86 % dans un programme technique. Entre l’automne 2018 et l’automne 2019, l’augmentation du nombre d’étudiants internationaux s’est élevée à 16 %.

À l’automne 2019, les étudiants internationaux inscrits dans l’un ou l’autre des programmes des familles de programmes techniques était de :

  • 36 % en techniques administratives
  • 21 % en techniques artistiques
  • 19 % en techniques physiques
  • 16 % en techniques biologiques
  • 8 % en techniques humaines

À l’automne 2019, les programmes attirant un plus grand nombre d’étudiants internationaux étaient :

  • Techniques de l’informatique (355 étudiants internationaux)
  • Techniques de gestion de commerces (297)
  • Techniques de comptabilité et de gestion (291)
  • Soins infirmiers (236)
  • Technologie de l’électronique industrielle (125)
  • Techniques de design d’intérieur (107)
  • Techniques d’intégration multimédia (103)
  • Techniques de tourisme (103)
Crédit : Cégep Beauce-Appalaches

Bien que les programmes préuniversitaires accueillent généralement moins d’étudiants internationaux que les programmes techniques, il y a une croissance importante du nombre d’inscriptions au sein de ces derniers. De 2018 à 2019, le nombre d’étudiants internationaux a en effet bondi de 45 % dans les programmes préuniversitaires principalement en Sciences humaines et en Arts, lettres et communication.

Le nombre d’étudiants internationaux provenant d’Europe a augmenté de 22 % en 2019 alors que celui d’Afrique subsaharienne a augmenté de 19 %. Les étudiants provenant de ces régions représentaient respectivement 59 % et 19 % du nombre total d’étudiants internationaux inscrits aux programmes de DEC.

Les autres étudiants internationaux provenaient de l’Asie-Pacifique (9 %), de l’Amérique latine et des Antilles (8 %), de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient (4 %) et finalement de l’Amérique du Nord (1 %).

À l’automne 2019, les pays et territoires de provenance du plus grand nombre d’étudiants internationaux étaient la France (2 384 étudiants), l’Île de la Réunion (263), le Cameroun (168), la Chine (164), la Côte d’Ivoire (118), Haïti (80), le Maroc (69) et la République démocratique du Congo (64).

Crédit : Cégep de Trois-Rivières

Les étudiants internationaux par programme et pays de provenance dans les AEC

Sept cégeps (15 % de l’échantillon) offrent des AEC spécifiquement destinées aux étudiants internationaux. Cinq d’entre eux ont offert huit différents programmes menant à une AEC à 1 335 étudiants internationaux à l’automne 2018 et 10 programmes différents à 1 755 étudiants internationaux à l’hiver 2019. La quasi-totalité des étudiants internationaux inscrits dans des programmes menant à une AEC provenaient de l’Inde et de la Chine.

Les écoles de langues

Huit cégeps (17 %) indiquent avoir une école de langues. Deux de ces écoles visent une clientèle internationale et une école s’adresse autant aux étudiants locaux qu’aux étudiants internationaux.

Crédit : Edwin Hernandez, Cégep Limoilou

Structure d’accueil des étudiants internationaux

En 2019, 41 % des cégeps ont procédé à l’analyse des besoins des étudiants internationaux. Les besoins ont été recensés soit par des sondages (13 cégeps), par des groupes de discussion (10) ou par une combinaison de ces deux moyens (4).

Les besoins des étudiants internationaux les plus fréquemment rapportés par les cégeps sont les suivants :

  • Activités d’accueil et d’intégration
  • Accès à de l’information sur l’établissement d’accueil
  • Soutien dans les démarches administratives et d’immigration
  • Accès à du financement pour réaliser le projet d’études
  • Activités de réseautage
  • Mesures d’appui à la réussite

En 2019, 43 cégeps (93 %) avaient mis en place des structures complètes et élaborées afin d’accueillir et de répondre aux besoins des étudiants internationaux. Presque tous les cégeps communiquent avec les étudiants internationaux avant leur arrivée et offrent de l’accompagnement et un suivi pédagogique. De plus, 74 % des cégeps accompagnent leurs étudiants internationaux dans la recherche d’un logement, 63 % dans les démarches auprès des services gouvernementaux et 50 % dans l’achat de biens et services essentiels.

Il est aussi intéressant de noter que près de la moitié des cégeps organise des semaines d’accueil et des activités de jumelage et que le tiers offre du parrainage. Les autres mesures citées par 33 % des cégeps comprennent des ateliers pour étudiants internationaux, des activités d’intégration, l’envoi d’une documentation favorisant l’accueil, des formations aux enseignants sur l’accueil d’étudiants internationaux et des groupes de discussion.

En plus de mettre en place des mesures pour favoriser l’accueil et l’intégration des étudiants internationaux, 41 cégeps (89 %) ont développé divers outils afin de faciliter leur réussite et leur intégration.

Les principales mesures de soutien sont les suivantes :

  • Suivi personnalisé avec un intervenant pendant la première session d’études (67 % des cégeps)
  • Participation à des ateliers sur les compétences pour réussir (48 %)
  • Jumelage avec des étudiants du cégep (39 %)
  • Cours de mise à niveau linguistique (33 %)
  • Parrainage par un membre de la communauté (7 %)

Dix-sept cégeps (37 %) valident en continu le taux de satisfaction des étudiants internationaux quant aux services qui leur sont offerts.

Depuis l’entrée en vigueur de l’article 91 de la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés (LIPR), seuls les représentants en immigration autorisés peuvent fournir des conseils en immigration fédérale (permis d’études, permis de travail et statut de visiteur). Neuf cégeps comptent parmi leur personnel un CRIEE ou un CRIC. Seize cégeps prévoient embaucher ou former un employé dans la prochaine année et sept prévoient le faire dans un horizon de quatre ans.

Les objectifs stratégiques en recrutement international

86 % des cégeps priorisent l’augmentation du nombre d’étudiants internationaux qui fréquentent leur établissement.

Les priorités en matière de recrutement international

Il a été demandé aux cégeps d’identifier les pays ou territoires prioritaires en matière de recrutement international et de les ordonner. Les cinq pays nommés le plus fréquemment sont la France (83 %), la Belgique (26 %), le Maroc (22 %), la Tunisie (22 %) et le le Sénégal (17 %). Certains territoires non-francophones ont également été mentionnés, notamment l’Inde et l’Afrique du Sud.

En 2014, les pays prioritaires étaient la France (pour 86 % des répondants), le Mexique (3 1%), le Brésil (31 %) et le Cameroun (31 %). Les efforts de recrutement semblent donc s’être déplacés vers de nouveaux pays et territoires au cours des cinq dernières années.

Après avoir identifié leurs objectifs stratégiques en matière de recrutement, les cégeps ont été invités à identifier trois actions prioritaires pour atteindre ces objectifs.

Quinze cégeps (33 %) prévoient de mesurer le taux de placement en emploi de leurs étudiants internationaux d’ici les quatre prochaines années, et cinq d’entre eux comptaient le faire (11 %) dès l’année scolaire 2019-2020.

Les principaux défis reliés au recrutement des étudiants internationaux

Le recrutement d’étudiants internationaux est une activité qui pose de nombreux défis pour les cégeps :

  • 85 % des cégeps citent comme principale difficulté la complexité des procédures d’immigration. Il s’agissait également de l’une des difficultés les plus citées en 2014.
  • 85 % des cégeps nomment comme difficulté les droits de scolarité supplémentaires élevés exigibles des étudiants internationaux. Il s’agissait également de l’une des barrières les plus citées en 2014.
  • 68 % considèrent que les ressources financières limitées auxquelles ont accès les cégeps rendent plus difficile le recrutement d’étudiants internationaux.
  • 46 % des cégeps indiquent qu’être un établissement francophone les rend moins attractifs auprès de certaines populations.
  • 39 % des cégeps affirment devoir composer avec la faible reconnaissance des DEC à l’étranger et avec l’absence de tous les programmes d’AEC dans la liste des programmes acceptés dans le cadre du PEQ, volet diplômé.

Les perspectives futures

Les cégeps sont résolument engagés dans le recrutement d’étudiants internationaux. En utilisant les ressources à leur disposition, ils ont multiplié les stratégies de recrutement et ont accru leurs mesures de soutien aux étudiants internationaux. Le développement de programmes menant à une AEC qui sont destinées à ces étudiants connaît un essor. Ces programmes répondent au besoin de perfectionnement des compétences d’une clientèle étudiante internationale. En 6 ans, le nombre d’étudiants internationaux à l’enseignement régulier a crû de 75 % et de 306 % en formation continue. Ils proviennent de toutes les régions du monde.