Communiqués
Mémoires et avis
Textes d’opinion
Autres
2022
2021
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000
1999
1998
1997
janvier
février
mars
avril
mai
juin
juillet
août
septembre
octobre
novembre
décembre
Résultat(s)

Filtres sélectionnés:

Montréal, le 20 octobre 2022 — La Fédération des cégeps salue la nomination de Mme Pascale Déry à titre de ministre de l’Enseignement supérieur.

« Nous assurons la ministre de notre entière collaboration pour faire en sorte que, collectivement, nous misions davantage sur l’expertise, la force et la vitalité des acteurs de l’enseignement supérieur, et en particulier des cégeps, qui, de tout temps, ont été des moteurs d’évolution pour les personnes, les entreprises et les organisations qui forment le tissu socioéconomique de toutes les communautés du Québec, comme nous le rappelle la plus récente étude du grand économiste québécois Pierre Fortin. Pour relever les défis découlant de la situation actuelle sur le plan économique, démographique et climatique s’attaquer aux pénuries de main-d’œuvre, former plus de jeunes, permettre à un plus grand nombre d’adultes de se réorienter et outiller les citoyennes et citoyens pour qu’ils puissent prendre part aux débats sociaux, il faut soutenir les cégeps afin qu’ils servent encore mieux le Québec et sa population dans toutes les régions. Nous espérons rencontrer rapidement la nouvelle ministre pour lui proposer des mesures en ce sens », a indiqué le président-directeur général de la Fédération des cégeps, M. Bernard Tremblay.

Au nombre des enjeux auxquels la Fédération voudra plus particulièrement sensibiliser la ministre figure l’urgence de soutenir l’accessibilité et la réussite aux études supérieures. Dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre, où les réalités sociales et économiques exigent des individus qu’ils détiennent des habiletés et des compétences transmises à l’enseignement supérieur, et considérant le retard du Québec en la matière, il est plus que jamais essentiel d’amener un plus grand nombre de jeunes et d’adultes à franchir les portes d’un établissement du réseau collégial public, estime la Fédération. Dans cette perspective, il faut accroître la vitalité et l’attractivité des cégeps de toutes les régions. La Fédération invitera par conséquent la nouvelle ministre à agir notamment en faveur d’une plus grande agilité des cégeps dans la dispensation de leur offre, ainsi que d’une modernisation des campus et des résidences étudiantes, en priorisant le bien-être de la population étudiante.

La formation technique offerte au cégep devra aussi faire l’objet d’une attention particulière. La Fédération s’attend à ce qu’elle soit mieux reconnue, en particulier dans le domaine de la santé et des services sociaux. Elle invitera d’ailleurs la ministre à prendre position, en accord avec ses collègues des autres ministères concernés, afin que le diplôme d’études collégiales (DEC) en Soins infirmiers demeure qualifiant. Selon la Fédération, la ministre devra aussi faire en sorte que s’accélèrent la révision et l’élaboration des programmes techniques offerts dans les cégeps pour que ces derniers puissent mieux suivre l’évolution du marché du travail.

Valoriser l’enseignement supérieur, y compris la formation générale

Plus largement, la Fédération des cégeps espère voir la ministre convenir de la nécessité de valoriser collectivement l’enseignement supérieur, en faisant valoir en particulier les nombreux bénéfices qui découlent du fait de détenir un diplôme collégial, pour l’individu comme pour la collectivité. Intervenir en ce sens aurait pour effet d’encourager un plus grand nombre de jeunes à fréquenter le cégep et d’augmenter la proportion de personnes diplômées du secondaire passant directement au collégial, croit la Fédération. Rappelons à cet égard que, de 2021 à 2030, selon Emploi-Québec, il est prévu que la majeure partie des 515 100 emplois qui seront créés – dont 208 500 qui constituent un rattrapage des emplois perdus pendant la pandémie – seront hautement qualifiés, soit exigeront minimalement un diplôme d’études collégiales.

La formation générale, partie intégrante de tous les parcours collégiaux, doit aussi être mieux valorisée. La Fédération espère voir Mme Déry insister davantage sur l’importance de cette formation, utile au développement de la pensée critique et des compétences citoyennes, soit des habiletés plus essentielles que jamais face à la multiplication et la complexification des enjeux sociétaux, et qui favorisent la cohésion sociale et l’adaptation aux transformations.

La Fédération des cégeps voudra par ailleurs rappeler à la ministre que le Québec n’offre actuellement pas de réponse adéquate aux personnes en emploi qui veulent se former à temps partiel pour hausser leurs compétences ou se réorienter. À cet égard, le rôle significatif de la formation continue qualifiante offerte au cégep, ainsi que dans le rehaussement du niveau de vie et de la productivité au Québec, tout comme dans l’acquisition des compétences du futur, doit être mieux valorisé, considère la Fédération. Le rapport produit par KPMG à la demande de la Fédération en 2019 met d’ailleurs en lumière les liens entre la productivité, la formation et les enjeux propres au Québec.

Enfin, la Fédération souhaitera solliciter la collaboration de la ministre pour faire en sorte que les cégeps puissent consolider leurs actions de recrutement international afin d’accueillir et d’intégrer un plus grand nombre de jeunes venus d’autres pays. Le gouvernement doit travailler plus étroitement avec les cégeps afin de déployer une stratégie concertée de promotion de l’enseignement supérieur québécois à l’international et favoriser l’intensification des actions de promotion à l’international pour faire mieux connaître les cégeps, le DEC et le Québec comme destination d’études, selon la Fédération. Une récente étude réalisée pour la Fédération par Aviseo rappelle d’ailleurs les retombées importantes associées à l’accueil de ces étudiantes et étudiants.

La Fédération des cégeps est le regroupement volontaire des 48 collèges publics du Québec. Elle a été créée en 1969 dans le but de promouvoir le développement de la formation collégiale et des cégeps. Elle agit comme porte-parole officiel et lieu de concertation des cégeps, à qui elle offre des services en matière de pédagogie, d’affaires étudiantes, d’affaires internationales, de formation continue et de formation aux entreprises, de financement, de recherche, de ressources humaines, d’évaluation de la scolarité, d’affaires juridiques, de ressources informationnelles, de négociation et de relations du travail. La Fédération des cégeps représente les collèges pour la négociation des conventions collectives.

— 30 —

RENSEIGNEMENTS :

Judith Laurier

Directrice des communications

Fédération des cégeps

514 381-8631 poste 2337 ; cellulaire : 514 239-2088

Twitter : @fedecegeps