Communiqués
Mémoires et avis
Textes d’opinion
Autres
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000
1999
1998
1997
janvier
février
mars
avril
mai
juin
juillet
août
septembre
octobre
novembre
décembre
Résultat(s)

Filtres sélectionnés:

MONTRÉAL, LE 15 MAI 2020 — Dans le cadre de la 17e Journée internationale contre l’homophobie et la transphobie qui se déroulera ce dimanche, la Fédération des cégeps tient à rappeler son engagement à promouvoir la reconnaissance et l’inclusion de la diversité sexuelle et de la pluralité des genres. Cette journée se veut un événement rassembleur et un moment de convergence des actions de lutte menées contre l’homophobie et la transphobie.

Depuis de nombreuses années, les cégeps se préoccupent du bien-être de la population étudiante lesbienne, gaie, bisexuelle, trans, queer ou en questionnement (LGBTQ+). Ils promeuvent notamment une meilleure compréhension des réalités des personnes LGBTQ+ et le respect des droits des individus, peu importe leur orientation sexuelle et leur identité de genre.

« En cette période de confinement où les échanges avec nos pairs se font plus que jamais derrière un écran, il nous apparaît essentiel de réitérer le message d’ouverture et d’inclusion dont fait preuve le réseau collégial. Malgré la distance, les cégeps demeurent actifs virtuellement, entre autres sur les réseaux sociaux, et contribuent à lutter contre les préjugés et la discrimination qui prédominent encore trop dans la vie de ces personnes », a précisé M. Bernard Tremblay, président-directeur général de la Fédération des cégeps.

Des actions concrètes

Selon un sondage réalisé cet hiver auprès de 50 répondants issus de diverses directions de 42 cégeps, près de 85 % d’entre eux disposent d’une procédure simple et rapide pour remplacer le prénom légal d’une personne par le prénom choisi dans les documents et communications internes. Les répondants ont également mentionné que dans 80 % des établissements se trouvent des toilettes non genrées. Enfin, 60 % des cégeps possèdent une association ou un comité LGBTQ+, révèle aussi ce sondage. Ainsi, les cégeps jouent un rôle important comme facteur de protection pour la santé globale des populations LGBTQ+.

De plus, dans le cadre du Projet du réseau collégial visant à lutter contre l’homophobie et la transphobie en enseignement supérieur, financé par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MESS) la Fédération des cégeps a développé une formation pour répondre de manière ciblée aux besoins des différents publics du réseau collégial en lien avec les enjeux de la diversité liée au sexe, au genre et à l’orientation sexuelle. Cette formation sera déployée au cours de l’automne prochain et offerte en mode virtuel.

La Fédération des cégeps est le regroupement volontaire des 48 collèges publics du Québec. Elle a été créée en 1969 dans le but de promouvoir le développement de la formation collégiale et des cégeps. Elle agit comme porte-parole officiel et lieu de concertation des cégeps, à qui elle offre des services en matière de pédagogie, d’affaires étudiantes, d’affaires internationales, de formation continue et de services aux entreprises, de financement, de recherche, de ressources humaines, d’évaluation de la scolarité, d’affaires juridiques, de ressources informationnelles, de négociation et de relations du travail. La Fédération des cégeps représente les collèges pour la négociation des conventions collectives.

 

RENSEIGNEMENTS :

Judith Laurier

Directrice des communications

Fédération des cégeps

514 381-8631 poste 2337 ; cellulaire : 514 239-2088

Twitter : @fedecegeps