Communiqués
Mémoires et avis
Textes d’opinion
Autres
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000
1999
1998
1997
janvier
février
mars
avril
mai
juin
juillet
août
septembre
octobre
novembre
décembre
Résultat(s)

Filtres sélectionnés:

Projet de loi n° 37 instituant le Centre d’acquisitions gouvernementales

Montréal, le 19 septembre 2019 — C’est avec stupéfaction que la Fédération des cégeps a pris connaissance du projet de loi n° 37, Loi visant principalement à instituer le Centre d’acquisitions gouvernementales et Infrastructures technologiques Québec, déposé hier à l’Assemblée nationale du Québec. Ce projet de loi crée une superstructure gouvernementale chargée de centraliser les achats du secteur public, qui met à risque la capacité des organisations de l’éducation d’offrir des services éducatifs de qualité dans les délais requis, estime la Fédération, qui a pourtant multiplié les démarches auprès du gouvernement, au cours des derniers mois, pour le sensibiliser aux effets dévastateurs pouvant découler de la création d’une telle structure. Il est bon de rappeler à cet égard que le gouvernement avait déjà créé, en 2005, le Centre de services partagés du Québec (CSPQ), qui s’est avéré inefficace, comme l’évoquait au printemps 2014 le Vérificateur général du Québec (VGQ).

« Nous ne comprenons pas que, considérant l’expérience désastreuse du passé, le gouvernement n’ait pas utilisé le principe de précaution pour limiter, dans un premier temps, le rôle de cet organisme aux ministères et organismes, ce qui constitue déjà un défi de taille. Contrairement au gouvernement, les écoles, les cégeps et les universités doivent fournir des services directs à la population dans des délais requis. Alors qu’on demande au milieu de l’éducation d’être agile et d’agir plus rapidement en fonction du contexte changeant de la société québécoise, le gouvernement impose une approche rigide qui ne peut que conduire à une plus grande lenteur dans notre capacité à répondre aux besoins de la population », a indiqué le président-directeur général de la Fédération des cégeps, M. Bernard Tremblay.

Soulignons qu’il y a plus de 20 ans, la Fédération des cégeps n’a pas attendu le gouvernement pour créer Collecto, un OBNL de mutualisation de services pour le réseau collégial. Collecto offre de multiples services aux réseaux de l’éducation et de l’enseignement supérieur, dont un regroupement d’achats, agile et efficace, dont les ententes ont généré, en 2018-2019, un volume d’achats de 144 M$ réalisés par plus de 130 organisations du monde de l’éducation. Plus de 99 % des utilisateurs de Collecto se disent satisfaits de ses services, selon un sondage CROP réalisé au printemps dernier.

Par ailleurs, la Fédération s’inquiète aussi de la mise sur pied d’Infrastructures technologiques Québec, également prévue dans le projet de loi n° 37, en ce qui a trait plus particulièrement à ses effets sur la centralisation des services informatiques qui sont vitaux pour les établissements d’enseignement.

La Fédération des cégeps est le regroupement volontaire des 48 collèges publics du Québec. Elle a été créée en 1969 dans le but de promouvoir le développement de la formation collégiale et des cégeps. Elle agit comme porte-parole officiel et lieu de concertation des cégeps, à qui elle offre des services en matière de pédagogie, d’affaires étudiantes, d’affaires internationales, de formation continue et de services aux entreprises, de financement, de recherche, de ressources humaines, d’évaluation de la scolarité, d’affaires juridiques, de ressources informationnelles, de négociation et de relations du travail. La Fédération des cégeps représente les collèges pour la négociation des conventions collectives. 

— 30 —

Source : Fédération des cégeps

RENSEIGNEMENTS :

Judith Laurier

directrice des communications

Fédération des cégeps

514 381-8631 poste 2337 ; cellulaire : 514 239-2088

Twitter : @fedecegeps