Communiqués
Mémoires et avis
Textes d’opinion
Autres
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000
1999
1998
1997
janvier
février
mars
avril
mai
juin
juillet
août
septembre
octobre
novembre
décembre
Résultat(s)

Filtres sélectionnés:

Montréal, le 19 mars 2019 — Il y a 50 ans aujourd’hui étaient enregistrées les lettres patentes de ce qui s’appelait encore à l’époque la Fédération des collèges d’enseignement général et professionnel, un regroupement formé sur une base volontaire par la trentaine de cégeps ayant ouvert leurs portes entre 1967 et 1969, avec la mission de « promouvoir le développement de l’enseignement collégial dans la province de Québec en collaboration avec le ministère de l’Éducation et les organismes intéressés, faciliter les relations entre les collèges affiliés et les représenter ». Cinquante ans plus tard, alors que son réseau compte 48 établissements, la Fédération des cégeps est toujours fidèle à cette mission qui s’est enrichie au rythme de l’évolution de la société québécoise et de l’émergence des nouveaux besoins des jeunes et des adultes, dans une perspective de maintien de la cohésion des actions des cégeps sur l’ensemble du territoire.

« Si je devais insister sur un seul aspect de la mission de la Fédération, ce serait le rôle qu’elle joue afin que les cégeps, qui ont ouvert la voie vers l’enseignement supérieur partout au Québec, agissent de concert tout en s’arrimant à la réalité de leur milieu, de manière que les étudiants profitent toujours de la même diversité et de la même qualité de services, où qu’ils se trouvent. Ce rôle de concertation des différentes directions des 48 cégeps, que la Fédération endosse à travers ses commissions et comités, c’est ce qui contribue à l’échange de bonnes pratiques, à l’uniformisation de la formation offerte à l’échelle de la province, et à l’expression d’une vision consensuelle des manières de faire évoluer les différents volets de la mission des cégeps, en fonction des attentes et besoins de tous les acteurs de la société. En définitive, il faut le rappeler, c’est l’ensemble de la population qui profite de la force, de la vitalité et de la cohésion de ce réseau d’établissements dont le point de convergence est la Fédération des cégeps, qui constitue aussi un interlocuteur unique pour le gouvernement, ce qui est un gage d’efficience et d’économie de ressources, tant sur le plan humain que financier », a indiqué le président-directeur de la Fédération des cégeps, M. Bernard Tremblay.

Depuis sa création, la Fédération des cégeps a évolué, à l’instar de ses membres, du Québec et du monde, au gré notamment des changements sociaux, économiques, culturels, technologiques et démographiques. À ses débuts, alors que les directions des études, que regroupe toujours la Fédération, planchaient sur une pédagogie adaptée à un nouveau modèle d’établissement offrant à la fois de la formation préuniversitaire et de la formation technique, avec une composante commune de formation générale, qui aurait prévu que la Fédération se doterait un jour d’une direction des ressources informationnelles parce que les cégeps doivent revoir leurs façons de faire en profondeur afin de prendre le virage numérique? Qui pouvait anticiper que le rôle de plus en plus marqué des établissements à l’international aurait pour effet de donner naissance à une direction des affaires internationales à la Fédération? Qui aurait pu dire que les directions des services aux étudiants, également regroupées sous la Fédération, auraient un jour à se prononcer et à intervenir en fonction de réalités telles que les enjeux de santé mentale, les violences sexuelles ou encore le cannabis? Et que dire des compétences numériques des étudiants, de la réussite scolaire, des intervenants psychosociaux ou encore des bibliothèques, soit des éléments importants de la mission des collèges en fonction desquels la Fédération a aussi créé, en cours de route, des communautés de pratique?

Au fil de ces 50 années, la Fédération des cégeps a porté la voix des établissements de son réseau auprès d’une trentaine de ministres, qui se sont succédé à la tête d’un ministère dont le nom a également beaucoup fluctué. Elle a aussi apporté aux différentes équipes ministérielles, dans une multitude de dossiers, le point de vue et l’expertise de l’ensemble des cégeps, avec une volonté de collaboration, de recherche de solutions et d’innovation, faisant ainsi en sorte de promouvoir, en collaboration avec le gouvernement, le développement d’un réseau collégial public à l’avant-garde des besoins, toujours bien ancré dans son époque, pour le plus grand bénéfice de la société québécoise dans son ensemble.

Depuis 50 ans, pleinement consciente de l’importance du rôle de ses membres en tant que catalyseurs d’innovation et de progrès socioéconomique au Québec, la Fédération est de tous les débats en lien avec l’éducation et l’enseignement supérieur, mais aussi avec les besoins de main-d’œuvre, la recherche ou encore la formation à distance, par exemple. D’un point de vue réseau, elle témoigne, à toutes les tables et sur toutes les tribunes, de la réalité des cégeps de l’ensemble des régions du Québec, en se plaçant toujours dans la perspective du lien entre le collège et sa communauté, et de la relation de première importance entre les cégeps en tant que lieux de formation et de vie et les quelque 170 000 jeunes et 25 000 adultes qui les fréquentent chaque année.

Et c’est la mission que la Fédération entend poursuivre au cours des prochaines années, en se mettant toujours au diapason de ses membres, de leur population étudiante et de leur région. Pour que, toujours, l’enseignement collégial public d’ici, véritable fleuron issu de la Révolution tranquille, puisse continuer de se développer.

La Fédération des cégeps est le regroupement volontaire des 48 collèges publics du Québec. Elle a été créée en 1969 dans le but de promouvoir le développement de la formation collégiale et des cégeps. Elle agit comme porte-parole officiel et lieu de concertation des cégeps, à qui elle offre des services en matière de pédagogie, d’affaires étudiantes, d’affaires internationales, de formation continue et de services aux entreprises, de financement, de recherche, de ressources humaines, d’évaluation de la scolarité, d’affaires juridiques, de ressources informationnelles, de négociation et de relations du travail. La Fédération des cégeps représente les collèges pour la négociation des conventions collectives. www.fedecegeps.qc.ca.

— 30 —

Source : Fédération des cégeps