Communiqués
Mémoires et avis
Textes d’opinion
Autres
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000
1999
1998
1997
janvier
février
mars
avril
mai
juin
juillet
août
septembre
octobre
novembre
décembre
Résultat(s)

Filtres sélectionnés:

PROJET DE LOI 21 MODIFIANT LE CODE DES PROFESSIONS :

LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS DEMANDE UN REPORT DE LA PUBLICATION DU GUIDE EXPLICATIF

Montréal, le 20 avril 2012 — La Fédération des cégeps demande à l’Office des professions du Québec de reporter la publication du guide explicatif de la Loi modifiant le Code des professions et d’autres dispositions législatives dans le domaine de la santé mentale et des relations humaines prévue la semaine prochaine. Elle juge nécessaire, avant toute publication, que les travaux se poursuivent en y associant les collèges. Jusqu’à maintenant, aucune des interventions du réseau collégial sur le projet de guide n’a été prise en compte par l’Office.

Or, dans sa forme actuelle, le projet de guide destiné aux ordres professionnels et aux employeurs du réseau de la santé et des services sociaux, ainsi qu’à ceux du réseau de l’éducation, risque fort de conduire à la déqualification et à la dévalorisation des compétences des diplômés en Techniques de travail social, en Techniques d’éducation spécialisée et en Techniques d’intervention en délinquance formés au collégial.

« Ce guide ne fait pratiquement aucune référence au rôle des techniciens dans les milieux visés par le projet de loi — ce qui est invraisemblable vu la place qu’ils occupent dans de nombreux secteurs. Élaboré avec les ordres professionnels, ce guide présente le projet de loi de façon telle que seuls les membres de ces ordres auront désormais le droit d’exercer certaines fonctions actuellement assumées avec succès par les techniciens », a indiqué M. Jean Beauchesne, président-directeur général de la Fédération des cégeps.

Des effets négatifs sur la population…

Les compétences des techniciens en travail social, en éducation spécialisée et en intervention en délinquance, particulièrement en matière d’évaluation et d’élaboration de plans d’intervention, correspondent aux besoins du marché du travail et sont conformes aux exigences liées à la protection du public. En éclipsant leur rôle et leur expertise, le projet de guide risque d’avoir comme effet de dissuader les employeurs d’embaucher ces diplômés pour des postes qu’ils occupent présentement avec beaucoup de rigueur et de professionnalisme. Cela aura comme conséquence de nuire à l’accessibilité et à la continuité des services à la population, et entraînera des pénuries de main-d’œuvre dans certains milieux.

Par ailleurs, le fait de réserver aux membres des ordres la responsabilité d’assumer des fonctions pour lesquelles les techniciens sont parfaitement formés augmentera les coûts pour les employeurs et, ultimement, pour la société québécoise.

…et sur les jeunes

Les programmes d’études Techniques de travail social, Techniques d’éducation spécialisée et Techniques d’intervention en délinquance sont très fréquentés par les étudiants et les étudiantes du collégial. Bon an mal an, quelque 8000 jeunes y sont inscrits dans les cégeps, et leur taux de placement s’élève à 95 % et plus. L’approche de l’Office des professions du Québec contribuera à détourner les jeunes de ces secteurs pour lesquels les besoins en main-d’œuvre sont significatifs.

« Pour toutes ces raisons, nous demandons à l’Office des professions du Québec de reporter la publication du guide explicatif du projet de loi 21 et de poursuivre les discussions avec les collèges. Nous venons d’ailleurs de déposer une requête en ce sens au ministre de la Justice, M. Jean-Marc Fournier. Dans sa version actuelle, il est clair que le guide conduit directement à un gaspillage des compétences et des fonds publics », a conclu M. Beauchesne.

La Fédération des cégeps est le regroupement volontaire des 48 collèges publics du Québec. Elle a été créée en 1969 dans le but de promouvoir le développement de la formation collégiale et des cégeps. Elle agit comme porte-parole officiel et lieu de concertation des cégeps, à qui elle offre des services en matière de pédagogie, d’affaires étudiantes, de formation continue, de financement, de ressources humaines, d’évaluation de la scolarité, d’affaires juridiques, de négociation et de relations du travail. La Fédération des cégeps représente les collèges pour la négociation des conventions collectives. www.fedecegeps.qc.ca

— 30 —

Source :  Caroline Tessier, directrice des communications, 514 381-8631, poste 2337;  cellulaire : 514 239-2088