Communiqués
Mémoires et avis
Textes d’opinion
Autres
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000
1999
1998
1997
janvier
février
mars
avril
mai
juin
juillet
août
septembre
octobre
novembre
décembre
Résultat(s)

Filtres sélectionnés:

L’ACCÈS À LA FORMATION POUR LES ADULTES : UNE RESPONSABILITÉ COLLECTIVE

Montréal, le 23 mars 2012 — À l’occasion de la 10e Semaine québécoise des adultes en formation, qui se tiendra du 24 mars au 1er avril 2012, la Fédération des cégeps se joint à l’Institut de coopération pour l’éducation des adultes (ICÉA), organisateur de l’événement, pour souligner l’importance de favoriser l’accès à l’éducation tout au long de la vie pour l’ensemble des adultes québécois.

« Les effets combinés de la décroissance démographique et des pénuries de main-d’œuvre qualifiée qui touchent plusieurs secteurs du marché du travail ne nous laissent vraiment pas le choix : tous les adultes doivent avoir la possibilité d’accéder à la formation collégiale s’ils le veulent. Il en va de leur avenir et de celui de la société québécoise dans son ensemble. C’est donc une responsabilité collective que de leur ouvrir toutes grandes les portes de nos établissements d’enseignement », a indiqué le président-directeur général de la Fédération des cégeps, M. Jean Beauchesne.

Des obstacles persistants

Des 316 000 nouveaux emplois qui seront créés d’ici 2020, 77 % exigeront une formation postsecondaire, selon Emploi-Québec. Encourager un plus grand nombre d’adultes à se former, à se recycler et à se perfectionner, comme le fait la Semaine québécoise des adultes en formation de l’ICÉA ou encore la campagne Mon retour au cégep (www.monretouraucegep.com) menée par les directions de la formation continue et des services aux entreprises des 48 cégeps, constitue, dans un tel contexte, un geste significatif en vue de former la main-d’œuvre essentielle à la vitalité socioéconomique du Québec.

Cependant, alors que les besoins sont de plus en plus criants et que des entreprises connaissent des difficultés en matière de recrutement de personnel, les cégeps doivent paradoxalement composer avec des contraintes persistantes qui les empêchent toujours d’agir pleinement face à une situation urgente et d’arrimer davantage leur offre de services à la réalité des adultes et des entreprises.

Un financement ouvert pour une plus grande flexibilité

En tête de liste des obstacles qui nuisent à l’évolution de la formation continue et la privent de la souplesse voulue pour répondre à la diversité des besoins figure la question du financement. Accorder aux cégeps une enveloppe budgétaire basée sur le nombre d’inscriptions, comme ils le réclament depuis de nombreuses années, leur permettrait d’offrir une plus grande diversité de programmes techniques courts à temps plein et à temps partiel, et d’ouvrir plus largement l’accès aux cours « hors programme ». Ils pourraient également accroître leur offre en matière de services de reconnaissance des acquis et des compétences et de formation manquante pour tous les adultes qui souhaitent faire reconnaître leur bagage scolaire et professionnel pour intégrer le marché du travail. Une réalité qui touche en particulier les personnes immigrantes, que les cégeps veulent aussi pouvoir accueillir en plus grand nombre dans leurs programmes de francisation.

Par ailleurs, des services d’accueil, de référence et d’accompagnement doivent être offerts dans tous les cégeps, de manière que les adultes et les entreprises puissent bénéficier d’un soutien pour cerner leurs besoins et ainsi se voir offrir des services encore mieux arrimés à leur réalité.

Enfin, les cégeps attendent toujours du prochain plan d’action de la Politique gouvernementale d’éducation des adultes et de formation continue qu’il reconnaisse clairement leur contribution en matière de formation continue et de services aux entreprises.

« Les services offerts aux adultes dans les cégeps doivent être adaptés aux besoins et c’est particulièrement vrai dans le contexte actuel. Il est temps qu’on donne aux cégeps toute la souplesse nécessaire dans leur réponse aux adultes et aux entreprises », a indiqué M. Beauchesne.

La Fédération des cégeps est le regroupement volontaire des 48 collèges publics du Québec. Elle a été créée en 1969 dans le but de promouvoir le développement de la formation collégiale et des cégeps. Elle agit comme porte-parole officiel et lieu de concertation des cégeps, à qui elle offre des services en matière de pédagogie, d’affaires étudiantes, de formation continue, de financement, de ressources humaines, d’évaluation de la scolarité, d’affaires juridiques, de négociation et de relations du travail. La Fédération des cégeps représente les collèges pour la négociation des conventions collectives. www.fedecegeps.qc.ca

— 30 —

Source : Christian Van Nuffel, conseiller en communication, 514 381-8631, poste 2337