Communiqués
Mémoires et avis
Textes d’opinion
Autres
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000
1999
1998
1997
janvier
mars
mars
mai
mai
juillet
juillet
août
octobre
octobre
décembre
décembre
Résultat(s)

Filtres sélectionnés:

9e Semaine québécoise des adultes en formation
 
OUVRIR PLUS LARGEMENT L’ACCÈS À LA FORMATION DES ADULTES
 
Montréal, le 31 mars 2011 – À l’occasion de la 9e Semaine québécoise des adultes en formation, qui se tiendra du 2 au 10 avril 2011, la Fédération des cégeps se joint à l’Institut de coopération pour l’éducation des adultes (ICÉA), organisateur de l’événement, pour valoriser l’apprentissage chez les adultes et rappeler l’importance qu’un plus grand nombre d’entre eux puissent entreprendre une démarche de formation. « Pour assurer l’avenir du Québec et de sa population, il faut faire en sorte que tous les adultes aient la possibilité d’accéder à la formation collégiale. Il s’agit là d’une responsabilité collective dans un contexte marqué par des pénuries de main-d’œuvre qualifiée et une situation démographique désavantageuse », a indiqué le président-directeur général de la Fédération des cégeps, M. Jean Beauchesne.
 
La formation des adultes : un atout à développer
 
Selon Emploi-Québec, deux emplois sur trois, soit 67 % des 271 000 nouveaux emplois qui seront créés d’ici 2018, demanderont une formation postsecondaire. Or, selon Statistique Canada, le taux de participation de la main-d’œuvre québécoise à des activités de formation liées à l’emploi est inférieur à la moyenne canadienne. Devant une telle situation, des initiatives comme la Semaine québécoise des adultes en formation, ou encore la campagne Mon retour au cégep lancée en mai 2010 à la télévision et sur le Web (www.monretouraucegep.com) par les directions de la formation continue et des services aux entreprises des cégeps, prennent tout leur sens. Alors que plusieurs secteurs économiques sont déjà touchés par des pénuries de main-d’œuvre qualifiée, favoriser la formation des adultes constitue un enjeu incontournable pour l’avenir du Québec. Cet enjeu, la formation continue collégiale doit pouvoir mieux y répondre, à travers une offre de services bien arrimée aux besoins des individus et des entreprises.
 
Faire tomber rapidement les obstacles
 
Si les services de formation continue des cégeps constituent une solution de premier ordre pour permettre à un plus grand nombre d’adultes de se former, de se perfectionner ou encore de se recycler, des contraintes financières nuisent au développement de ce secteur de l’enseignement collégial. Il est donc impératif que des ajustements soient apportés pour écarter les obstacles qui freinent toujours le plein déploiement de la formation continue collégiale. Dans le cadre des rencontres régionales sur l’adéquation entre la formation et les besoins du marché du travail, organisées conjointement par le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport et le ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale dans toutes les régions du Québec en avril et en mai, de même qu’à l’occasion de la rencontre nationale sur le même thème prévue les 13 et 14 juin à Québec, les cégeps proposeront des pistes de solution à cet égard. Ils s’attendent également à voir le prochain plan d’action de la Politique gouvernementale d’éducation des adultes et de formation continue reconnaître davantage leur contribution en matière de formation continue et de services aux entreprises.
 
Plus de souplesse dans l’offre de services
Pour offrir une réponse étendue et diversifiée aux besoins actuels et futurs, les services de formation continue veulent pouvoir disposer d’une plus grande souplesse. Or, accorder plus de flexibilité aux cégeps passe notamment par une enveloppe budgétaire ouverte qui leur permettrait d’offrir une plus grande diversité de programmes techniques courts à temps plein et à temps partiel, et de rendre plus largement accessibles les cours « hors programme », les services de reconnaissance des acquis et des compétences, et la formation manquante pour les adultes qui veulent faire reconnaître leur bagage scolaire et professionnel.

Les adultes et les entreprises doivent par ailleurs pouvoir s’appuyer sur des services d’accueil, de référence et d’accompagnement dans tous les collèges, qui les aideront à identifier leurs besoins pour se voir proposer des solutions adaptées. Soutenir l’intégration professionnelle des personnes immigrantes et leur offrir des services de francisation font également partie des mesures que les cégeps doivent pouvoir développer pour suivre le rythme de croissance de la demande.

 « Donner aux collèges les marges de manœuvre nécessaires pour servir pleinement tous les adultes et les entreprises est un geste dont le Québec ne peut faire l’économie, compte tenu de l’urgence des besoins », a indiqué M. Beauchesne.

– 30 –

Source : Christian Van Nuffel, conseiller en communication
Téléphone : 514 381-8631, poste 2337