Communiqués
Mémoires et avis
Textes d’opinion
Autres
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000
1999
1998
1997
janvier
février
mars
avril
mai
juin
juillet
août
septembre
octobre
novembre
décembre
Résultat(s)

Filtres sélectionnés:

LA RÉUSSITE, UNE QUESTION D’ENGAGEMENT

Montréal, le 9 avril 2009 – Dans le cadre de son 5e colloque, qui a eu lieu les 2 et 3 avril derniers à Montréal, le Carrefour de la réussite au collégial — un organisme affilié à la Fédération des cégeps —, a reçu, à titre de conférencier d’ouverture, le Dr Georges D. Kuh, professeur émérite à la Faculté d’Éducation de l’Université de l’Indiana aux États- Unis.

Devant une assemblée composée d’environ 250 enseignants, cadres, adjoints et professionnels des affaires pédagogiques et des affaires étudiantes des collèges, venus réfléchir et échanger sur le thème Susciter et soutenir l’engagement étudiant dans son projet de formation : conditions et pratiques gagnantes, M. Kuh a présenté les résultats d’une recherche menée dans 20 collèges américains « performants » où les étudiants ont atteint des taux d’engagement et de diplomation supérieurs aux attentes.

Établissant un lien entre l’engagement étudiant et la façon dont les collèges utilisent leurs ressources et organisent leurs programmes d’études, M. Kuh a fait remarquer qu’au nombre des caractéristiques communes des collèges performants, le fait de se doter d’une mission vivante et d’une philosophie éducative dynamique clairement articulée et partagée par les membres du personnel occupe une place centrale. Les pratiques éducatives de ces collèges prennent appui sur l’apprentissage actif et la collaboration entre les étudiants, sur l’interaction entre les enseignants et les étudiants, et sur les expériences éducatives enrichissantes, telles que les stages et l’alternance travail-études.

Collèges américains et québécois : même approche

Invités à réfléchir sur les mesures existantes dans les cégeps, à la lumière des conclusions de M. Kuh, les représentants des collèges ont noté de nombreuses similitudes entre les pratiques des collèges américains performants et celles qui ont cours dans leur établissement.

Ainsi, les cégeps se sont tous dotés d’une mission éducative dont l’étudiant constitue le centre et à laquelle adhèrent tous les membres du personnel de l’établissement. Depuis 2001, ils mettent également en oeuvre des plans de réussite, ce qui donne lieu à une mobilisation institutionnelle et à une concertation accrue des membres du personnel.

Des mesures propres à chaque établissement, qui vont du suivi des étudiants de première année et en difficulté aux activités culturelles et sportives, en passant par les centres d’aide et le tutorat par les pairs, ont aussi été mises en place pour favoriser l’engagement des jeunes dans leurs études et instaurer dans chaque collège une véritable culture de la réussite, basée sur un milieu de vie stimulant. Des stages et des programmes d’alternance travail-études sont également organisés pour permettre aux étudiants de

vivre une expérience concrète du marché du travail pendant leur formation. Les collèges veulent par ailleurs poursuivre leurs efforts pour étendre et diversifier leurs interventions auprès des jeunes, en faisant mieux partager leur mission par la communauté collégiale, en encourageant la concertation entre les membres du personnel, ou encore en offrant une plus grande variété de services pour répondre à la diversité des profils étudiants. Dans le cadre de ce colloque, des cégeps ont d’ailleurs fait état d’initiatives originales, mises en oeuvre en fonction de besoins particuliers.

Ainsi, pour favoriser la transition secondaire-collégial et l’acquisition de méthodes de travail, et faciliter l’orientation scolaire et professionnelle, le Cégep André-Laurendeau offre aux étudiants inscrits en session d’accueil et d’intégration des cours qui font appel à l’intervention concertée de plusieurs enseignants et d’un conseiller en orientation. Pour offrir un meilleur encadrement aux étudiants, le Cégep de Sherbrooke a quant à lui adopté un modèle d’intervention clarifiant les rôles et les responsabilités du personnel et proposant une vision élargie de la réussite, qu’il a appliqué à tous les programmes d’études.

Une préoccupation pour la qualité de la langue

À titre d’exemple, le Cégep de Rimouski s’est penché sur la réussite des cours de langue maternelle et sur la qualité de la langue, une préoccupation importante de l’ensemble des collèges. Postulant que toute amélioration apportée à l’usage de la langue chez les étudiants a des effets bénéfiques sur la réussite de tous les cours et que les mesures mises en place doivent relever de choix institutionnels tenant compte de la réalité de chaque collège, le Cégep de Rimouski a misé sur l’aide personnalisée aux étudiants, sur l’engagement de l’ensemble du personnel et sur l’évaluation quantitative des mesures mises en place, qu’il s’agisse de tutorat par les pairs, d’ateliers de consolidation ou encore d’aide de fin de parcours pour les étudiants qui tente de réussir l’épreuve uniforme de français. Avec pour résultat que le taux de réussite des cours de français a augmenté de 25 % entre 1995 et 2008.

Le Carrefour de la réussite au collégial

Le Carrefour de la réussite au collégial, organisateur de ce colloque, soutient les collèges dans la mise en oeuvre de leur plan de réussite en diffusant de l’information et des outils, en favorisant les échanges et le réseautage, en organisant des activités de perfectionnement et en effectuant des travaux de veille et de recherche. Il contribue au développement de l’expertise et des connaissances en matière de réussite et de diplomation dans les collèges.

– 30 –
Source : Caroline Tessier, directrice des communications
Téléphone : 514 381-8631, poste 2337
Cellulaire : 514 239-2088