Communiqués
Mémoires et avis
Textes d’opinion
Autres
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000
1999
1998
1997
janvier
mars
mars
avril
mai
juin
juillet
août
septembre
octobre
novembre
décembre
Résultat(s)

Filtres sélectionnés:

Projet de politique gouvernementale pour la participation sociale des personnes handicapées

LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS APPUIE LE PROJET DE POLITIQUE ET APPELLE LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC À POURSUIVRE SES ACTIONS

Montréal, le 29 octobre 2007 – Dans l’avis qu’elle vient de déposer à l’Office des personnes handicapées du Québec, la Fédération des cégeps se réjouit que le gouvernement ait choisi de mettre à jour la politique À part égale et qu’il poursuive les actions entreprises à l’égard des personnes handicapées et de leur famille. Les 48 cégeps, qui accueillent cette année plus d’un millier de jeunes handicapés, se sentent directement interpellés par cette politique gouvernementale.

Selon la Fédération des cégeps, la politique doit servir de levier et encourager les différents acteurs qui œuvrent auprès des personnes handicapées — tant les intervenants des réseaux de l’éducation et de la santé que ceux du milieu communautaire — à agir en collaboration et de manière concertée, afin de mieux répondre aux besoins des étudiants handicapés. Elle insiste également sur l’importance pour tous les ordres d’enseignement de s’arrimer en vue d’assurer la cohérence et la continuité des mesures destinées à cette clientèle particulière.

Parmi les mesures du projet de politique, la Fédération appuie tout particulièrement celle qui consiste à « mettre en place une formation commune, reconnue et obligatoire pour les interprètes ». Elle recommande en ce sens qu’une formation de niveau collégial soit offerte aux interprètes et que le diplôme d’études collégiales (DEC) devienne le minimum obligatoire pour fournir des services d’interprétation de qualité, qui répondent aux besoins de la population et à ceux des organisations.

La Fédération énonce d’autres propositions, dont le développement de formules de stages pour les étudiants handicapés, l’organisation de visites de préinscription et de séances d’information au cours desquelles des étudiants handicapés ayant complété leurs études collégiales pourraient partager leur expérience avec des élèves du secondaire. Elle recommande aussi de faciliter l’accès au diagnostic et à l’évaluation par des médecins, en vue d’offrir des services d’aide adaptés aux étudiants éprouvant des besoins particuliers, et souligne l’intérêt de favoriser l’implantation de mesures novatrices qui mettent en contact des entreprises avec des personnes handicapées nouvellement diplômées.

Une clientèle nouvelle

Au cours des cinq dernières années, les collèges ont vu le nombre d’étudiants handicapés augmenter de manière significative et les types de handicaps se diversifier. Selon les données de 2004, ils sont plus de 1100 à fréquenter le réseau collégial alors qu’ils étaient environ 40 en 1982-1983. L’arrivée de cette nouvelle population étudiante pose de nombreux défis, liés notamment à l’organisation de l’offre de services et à l’accès à des spécialistes aptes à soutenir le personnel des établissements accueillant cette clientèle.

La Fédération des cégeps rappelle que pour offrir davantage de services à un nombre croissant d’étudiants atteints d’un handicap — qu’il s’agisse de déficiences auditives, visuelles ou motrices —, les cégeps doivent pouvoir compter sur un financement adéquat. Pour qu’ils soient en mesure de répondre à l’ensemble des demandes en 2007-2008, la Fédération estime que les collèges doivent disposer d’un budget supplémentaire d’au moins 3,25 millions de dollars, ce qui viendrait bonifier le montant de 1 million disponible depuis l’année 2006-2007.

– 30 –
Source : Caroline Tessier, directrice des communications
Téléphone : (514) 381-8631, poste 2337
Cellulaire : (514) 239-2088