Communiqués
Mémoires et avis
Textes d’opinion
Autres
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000
1999
1998
1997
janvier
février
mars
avril
mai
juin
juillet
août
septembre
octobre
novembre
décembre
Résultat(s)

Filtres sélectionnés:

Enquête sur la pratique d’activités socioculturelles au collège

NOUVELLE CONFIRMATION DU LIEN POSITIF ENTRE LES ACTIVITÉS PARASCOLAIRES ET LA RÉUSSITE DES ÉTUDES COLLÉGIALES

Montréal, le 23 mai 2007 – La Fédération des cégeps accueille avec grand intérêt les résultats de l’enquête La pratique d’activités socioculturelles au collège : un soutien réel à la réussite publiée aujourd’hui par le Réseau intercollégial des activités socioculturelles du Québec (RIASQ), un organisme partenaire de la Fédération. Cette enquête, menée par M. Jacques Roy, enseignant au Cégep de Sainte-Foy et membre chercheur de l’Observatoire Jeunes et Société, en collaboration avec Mme Josée Bouchard et Mme Marie-Anne Turcotte, également enseignantes au Cégep de Sainte-Foy, met en relief la contribution des activités socioculturelles parascolaires à la réussite des étudiants du collégial.

« Le cégep, c’est une microsociété dans laquelle les jeunes évoluent non seulement pour acquérir une formation de qualité, mais aussi pour se développer sur le plan personnel. En offrant aux étudiants la possibilité de s’épanouir, d’être autonomes, d’affirmer leur leadership et d’acquérir le sens des responsabilités, les activités parascolaires favorisent l’engagement dans les études comme dans la société », a indiqué le président-directeur général de la Fédération des cégeps, M. Gaëtan Boucher.

Les activités parascolaires, source de motivation

Chaque année, les animateurs et les animatrices des services d’animation culturelle regroupés au sein du RIASQ organisent un grand nombre d’activités parascolaires à l’intention des jeunes qui fréquentent le collège, en plus de permettre la tenue d’événements tels que Cégeps en spectacle, l’Exposition d’arts plastiques, le Circuit d’improvisation, le Festival de danse et le Festival de théâtre.

L’enquête commandée par le RIASQ démontre notamment que les étudiants qui pratiquent une activité socioculturelle affichent une moyenne scolaire plus élevée, sont deux fois moins nombreux que les autres étudiants à envisager d’abandonner leurs études et sont plus motivés. Ces étudiants ont développé un fort sentiment d’appartenance à un milieu qu’ils jugent stimulant, ils ont acquis des habiletés de communication, font preuve de créativité et possèdent un meilleur sens de l’organisation. Des compétences qui favorisent leur cheminement au cégep, et auxquelles ils pourront faire appel tout au long de leur vie professionnelle et personnelle.
Ces constats vont d’ailleurs dans le même sens que d’autres études réalisées sur le sujet. À titre d’exemple, dans son avis Au collégial, l’orientation au cœur de la réussite publié en 2002, le Conseil supérieur de l’éducation indique que les activités étudiantes contribuent à donner un sens aux études en offrant aux jeunes des possibilités d’exploration, ce qui favorise leur démarche d’orientation et, par conséquent, leur réussite. En outre, dans le cadre de groupes de discussion animés en 2000 par la Fédération des cégeps, les jeunes eux-mêmes ont exprimé clairement leur attachement aux activités parascolaires, soulignant qu’elles les conduisent à effectuer de meilleurs choix de vie.

L’enquête publiée aujourd’hui, ainsi que d’autres analyses, ont également fait ressortir le fait que l’engagement de l’étudiant dans la vie de son collège augmente ses chances de succès. Une réalité d’ailleurs reconnue officiellement dans le bulletin des étudiants qui en font la demande, à travers la mesure de Reconnaissance de l’engagement étudiant instaurée à l’automne 2005 à la suite de travaux conjoints de la Fédération des cégeps, de la Fédération étudiante collégiale du Québec et du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport.

« Les jeunes du collégial sont à une étape de leur évolution qui est marquée par des changements de toutes sortes. Chacun des établissements du réseau collégial public leur offre un environnement éducatif permettant l’affirmation de soi et favorisant le mieux-être et l’engagement social. En ce sens, les activités parascolaires, dont le socioculturel, sont une composante essentielle du milieu de vie stimulant qu’est le cégep », a conclu M. Boucher.

– 30 –
Source : Caroline Tessier, directrice des communications
Téléphone : (514) 381-8631, poste 2337
Cellulaire : (514) 239-2088