Communiqués
Mémoires et avis
Textes d’opinion
Autres
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000
1999
1998
1997
janvier
mars
mars
mai
mai
juillet
juillet
août
octobre
octobre
décembre
décembre
Résultat(s)

Filtres sélectionnés:

Impasse budgétaire à l’Assemblée nationale

LE RÉSEAU COLLÉGIAL PUBLIC DOIT FAIRE PARTIE DES PRIORITÉS DES PARTIS D’OPPOSITION DANS LEURS POURPARLERS AVEC LE GOUVERNEMENT

Montréal, le 31 mai 2007 — Dans le cadre des discussions ayant cours pour régler l’impasse liée au budget du Québec, la Fédération des cégeps demande aux deux partis d’opposition d’inclure dans leurs pourparlers avec le gouvernement les besoins du réseau collégial public. « Il est impensable que l’enseignement supérieur — et plus particulièrement l’enseignement collégial — ne fasse pas partie des priorités de réinvestissement discutées présentement », a déclaré M. Gaëtan Boucher, président-directeur général de la Fédération des cégeps.

Cela est d’autant plus irrecevable que le budget du Québec déposé le 24 mai dernier ne contient aucune mesure significative pour les cégeps. Or, la situation financière du réseau collégial public appelle un redressement dès 2007-2008. Un rapport de la Fédération des cégeps, validé par des experts externes, chiffre à 305 M$ le niveau de sous-financement du réseau.

Sans pouvoir de taxation ni droits de scolarité, et contraints par la loi de ne pas déclarer de déficits, les cégeps sont dans une position extrêmement précaire. Pas moins de 86 % de leur budget provient de l’État québécois, contre 53 % pour les universités, pas un sou ne provient du gouvernement fédéral, contre 13 % pour les universités, et leurs revenus sont plafonnés, contrairement aux universités qui bénéficieront dès 2007-2008 de 20 M$ supplémentaires par année en raison du dégel des droits de scolarité.

« En vue de répondre aux besoins nombreux des étudiants du collégial — besoins de formation, besoins psychosociaux et aide à la réussite, entre autres —, il est essentiel que des ressources supplémentaires soient aussi injectées dans notre réseau. Les partis d’opposition doivent absolument en tenir compte dans leurs pourparlers avec le gouvernement », a conclu M. Boucher.

— 30 —
Source : Caroline Tessier, directrice des communications
Téléphone : (514) 381-8631, poste 2337
Cellulaire : (514) 239-2088