Communiqués
Mémoires et avis
Textes d’opinion
Autres
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000
1999
1998
1997
janvier
février
mars
avril
mai
juin
juillet
août
septembre
octobre
novembre
décembre
Résultat(s)

Filtres sélectionnés:

Semaine québécoise des adultes en formation

UN PLUS GRAND NOMBRE D’ADULTES DOIVENT POUVOIR ACCÉDER À LA FORMATION CONTINUE AU CÉGEP

Montréal, le 23 mars 2007 – À l’occasion de la 5e Semaine québécoise des adultes en formation, qui se déroulera du 24 au 30 mars 2007, la Fédération des cégeps se joint à l’Institut de coopération pour l’éducation des adultes (ICÉA), organisateur de l’événement, pour encourager un plus grand nombre d’adultes à s’inscrire dans une démarche d’apprentissage tout au long de la vie.

« Il faut amener davantage d’adultes à compléter leur formation, à se recycler ou à se perfectionner, dans leur propre intérêt et pour le développement socioéconomique du Québec. Nous devons aussi faire en sorte que tous puissent bénéficier d’une réponse adaptée à leurs besoins, qui peuvent varier selon la situation personnelle ou professionnelle de chacun », a indiqué M. Gaëtan Boucher, président-directeur général de la Fédération des cégeps.

Chaque année, les collèges offrent aux adultes une multitude de services qu’ils souhaitent pouvoir développer afin de répondre pleinement aux attentes de plus en plus variées. Sur la base d’une analyse prospective de la formation continue dans les cégeps, qui a illustré le potentiel de croissance des services destinés aux adultes, les collèges veulent par exemple pouvoir mieux outiller les adultes en emploi – à travers une offre de cours à temps partiel notamment –, la population active immigrante et les diplômés de la formation technique, qui ont besoin de perfectionnement tout au long de leur carrière. Or des contraintes réglementaires et financières freinent encore l’essor de la formation continue au cégep.

« Offrir un accès élargi à la formation continue est un enjeu majeur, particulièrement dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre. Il faut absolument lever les obstacles qui empêchent les collèges de répondre aussi rapidement et de manière aussi diversifiée qu’ils le voudraient aux besoins de l’ensemble de la population adulte québécoise. C’est ce que les cégeps attendent de la révision prochaine de la Politique gouvernementale d’éducation des adultes et de formation continue », a précisé M. Boucher.

Reconnaître les compétences des adultes

Les collèges souhaitent aussi accroître leurs services de reconnaissance des acquis et des compétences, de manière à rendre accessibles, dans chaque région, avec le soutien du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport et d’autres partenaires, des services d’accueil et de référence qui permettront aux adultes de faire évaluer leur bagage de connaissances, et de se voir offrir la formation manquante s’il y a lieu. Il s’agit là d’une mesure essentielle pour permettre à tous les adultes de prendre une place sur le marché du travail et remédier aux pénuries de main-d’œuvre dans de nombreux secteurs économiques.

Au cours de la dernière année, une initiative conjointe des collèges et des ordres professionnels a donné lieu à la création d’une table nationale qui permet dorénavant une meilleure concertation en vue de soutenir l’intégration de personnes immigrantes dans des professions encadrées par des ordres professionnels. De manière générale, les cégeps souhaitent voir les ententes avec le marché du travail se généraliser, dans l’intérêt des adultes et des entreprises. « Dans un monde axé sur le savoir, on ne peut admettre que des adultes soient encore privés des moyens de progresser sur le plan personnel et professionnel. Des relations soutenues entre les acteurs concernés, un financement adéquat des services de formation continue et de plus grandes marges de manœuvre sur le plan administratif sont autant de solutions qui permettront aux cégeps de répondre aux besoins éducatifs de tous les adultes », a conclu M. Boucher.

Environ 25 000 adultes sont actuellement inscrits au secteur de la formation continue au cégep. Le taux de diplomation dans les programmes menant à une attestation d’études collégiales (AEC) est de 76 % et le taux de placement des diplômés, de 86 %.

– 30 –
Source : Caroline Tessier, directrice des communications
Téléphone : (514) 381-8631, poste 2337