Communiqués
Mémoires et avis
Textes d’opinion
Autres
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000
1999
1998
1997
janvier
février
mars
avril
mai
juin
juillet
août
septembre
octobre
novembre
décembre
Résultat(s)

Filtres sélectionnés:

SELON UN SONDAGE CROP-EXPRESS, 64 % DES QUÉBÉCOIS ESTIMENT QUE LES CÉGEPS DEVRONT RECEVOIR DE 40 % À 50 % DES TRANSFERTS FÉDÉRAUX AU POSTSECONDAIRE

Montréal, le 16 février 2007 – Selon le dernier sondage omnibus CROP-Express, la majorité des Québécois et des Québécoises considèrent qu’entre 40 % et 50 % des transferts fédéraux à l’enseignement postsecondaire devront être alloués aux cégeps. La hausse des transferts au postsecondaire, annoncée à plusieurs reprises par le gouvernement fédéral, est très attendue par le réseau collégial public.

Invités à fournir leur opinion sur la manière dont les montants fédéraux devront être répartis entre les cégeps et les universités du Québec, 64 % des répondants optent pour un partage selon lequel les cégeps devront recevoir de 40 % à 50 % des sommes totales. Cette proportion de répondants augmente en région, alors que 70 % d’entre eux allouent aux cégeps entre 40 % et la moitié des sommes.

« Deux Québécois sur trois jugent que les cégeps devront recueillir entre 40 % et 50 % des transferts fédéraux au postsecondaire, le reste étant octroyé aux universités. Ces résultats démontrent clairement l’appui dont bénéficient les cégeps au sein de la population québécoise. En effet, les cégeps comptent beaucoup sur les transferts du gouvernement fédéral pour corriger à brève échéance leur sous-financement chronique, qui s’élève à 305 M$ », a déclaré M. Gaëtan Boucher, président-directeur général de la Fédération des cégeps.

La Fédération se réjouit du fait que les Québécois et les Québécoises soutiennent les cégeps et souscrivent à l’importance d’y réinvestir rapidement. La situation de sousfinancement des cégeps doit effectivement être redressée de toute urgence, sans quoi l’accessibilité à la formation connaîtra des reculs, de même que le niveau et la qualité des services offerts aux étudiants et aux étudiantes.

Le sondage d’opinion a été réalisé auprès de 1000 Québécois et Québécoises entre le 18 et le 28 janvier 2007, dans le cadre du sondage omnibus CROP-Express. Sa marge d’erreur est de 3 points de pourcentage, 19 fois sur 20.

– 30 –
Source : Caroline Tessier, directrice des communications
Cellulaire : (514) 239-2088