Communiqués
Mémoires et avis
Textes d’opinion
Autres
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000
1999
1998
1997
janvier
février
mars
avril
mai
juin
juillet
août
septembre
octobre
novembre
décembre
Résultat(s)

Filtres sélectionnés:

Déclenchement des élections au Québec

LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS EXPRIME SES ATTENTES AUX PRINCIPAUX PARTIS POLITIQUES

Montréal, le 21 février 2007 – À l’occasion du déclenchement des élections au Québec, la Fédération des cégeps tient à indiquer aux partis politiques ses principales attentes à l’endroit du prochain gouvernement. Elle identifie trois grands enjeux : le financement du réseau collégial public, la capacité des cégeps à répondre aux besoins de la population – à travers la formation continue, notamment – et le développement de la recherche collégiale.

1er enjeu : mettre fin au sous-financement des cégeps

La Fédération des cégeps s’attend à ce que le prochain gouvernement du Québec mette fin au sous-financement chronique du réseau collégial public, qui s’élève présentement à 305 M$. Seul un réinvestissement substantiel et rapide permettra aux cégeps de donner leur pleine mesure tant sur le plan de l’accessibilité aux études collégiales que sur le plan du niveau et de la qualité des services offerts aux étudiants et aux étudiantes.

Les cégeps devront par ailleurs obtenir au moins 40 % de tout réinvestissement en enseignement supérieur et de toute hausse des transferts du gouvernement fédéral au postsecondaire. Les Québécois et les Québécoises abondent d’ailleurs dans le même sens : selon un sondage CROP-Express, 64 % d’entre eux jugent en effet que les cégeps devront recevoir entre 40 % et 50 % des sommes réinvesties en enseignement supérieur, le reste allant aux universités.

2e enjeu : renforcer l’adaptation de la formation collégiale

Dans un contexte en pleine évolution, les cégeps doivent être en mesure de réagir efficacement aux besoins de la population. Ils doivent par exemple pouvoir réviser rapidement leurs programmes d’études, tenir compte des particularités de leur région, offrir des formules pédagogiques adaptées aux différents profils de leurs étudiants, et constituer des pôles d’excellence pour soutenir l’essor de leur milieu.

Parmi les enjeux prioritaires pour la Fédération se trouve la formation continue. Alors que le niveau de scolarité nécessaire sur le marché du travail augmente constamment, les cégeps ne peuvent répondre comme ils le voudraient aux besoins des Québécois adultes, en raison de contraintes financières et administratives. La Fédération s’attend donc à ce que le prochain gouvernement du Québec lève ces obstacles, ce qui permettra aux cégeps de renforcer leur capacité d’agir auprès des étudiants adultes.

3e enjeu : soutenir le développement de la recherche collégiale

Comme établissements d’enseignement supérieur, les cégeps réalisent des activités de recherche technologique, disciplinaire et en éducation, menées par un personnel hautement qualifié. Les retombées de ces activités sur l’enseignement, les programmes d’études et les régions sont significatives. Les 48 cégeps, et leurs 31 centres de transfert de technologie, entendent contribuer encore davantage à l’effort de recherche et d’innovation au Québec. En ce sens, le prochain gouvernement devra, entre autres, fournir aux cégeps les moyens de se donner une véritable infrastructure de recherche, créer de nouveaux centres de transfert de technologie dans des secteurs non couverts, et augmenter l’accès de ces centres au financement gouvernemental.

– 30 –
Source : Caroline Tessier, directrice des communications
Cellulaire : (514) 239-2088