Communiqués
Mémoires et avis
Textes d’opinion
Autres
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000
1999
1998
1997
janvier
février
mars
avril
mai
juin
juillet
août
septembre
octobre
novembre
décembre
Résultat(s)

Filtres sélectionnés:

Rapport annuel 2004-2005 du Conseil supérieur de l’éducation

IL FAUT SOUTENIR LA RECHERCHE EN ÉDUCATION DANS LES CÉGEPS

Montréal, le 4 mai 2006 – Dans une réaction préliminaire, la Fédération des cégeps accueille favorablement le rapport annuel sur l’état et les besoins de l’éducation 2004-2005 rendu public aujourd’hui par le Conseil supérieur de l’éducation (CSE). Dans ce document intitulé Le dialogue entre la recherche et la pratique en éducation : une clé pour la réussite, le CSE vise à favoriser une meilleure utilisation, dans les pratiques éducatives, de la recherche et de l’innovation en éducation – un objectif auquel souscrit la Fédération. « Au moment de leur création, les cégeps ont dû innover pour définir les contours d’une pratique enseignante adaptée à un nouveau réseau d’enseignement. Ces travaux leur ont permis de répondre rapidement et adéquatement aux défis qu’ils ont eu à relever depuis. Encore aujourd’hui, les méthodes et les pratiques d’enseignement font l’objet d’une bonne partie de la recherche au collégial », a indiqué le président-directeur général de la Fédération, M. Gaëtan Boucher.

Quoique le personnel enseignant des cégeps mène des recherches en éducation, et de manière plus intensive encore depuis la réforme de 1993, le manque de ressources ne permet pas le plein développement de ce volet au collégial. Le Programme d’aide à la recherche sur l’enseignement et l’apprentissage (PAREA), notamment, a permis au personnel enseignant de conduire des projets de recherche sur la réussite éducative, l’intégration des nouvelles technologies et les méthodes pédagogiques, entre autres, mais les chercheurs du collégial ne disposent pas d’un accès suffisamment large aux fonds subventionnaires pour intensifier leur action à cet égard. Pourtant, la Politique québécoise de la science et de l’innovation adoptée en 2001 fait état d’une étude ayant démontré que la productivité scientifique des chercheurs de collège répond aux standards d’excellence et se compare à celle de leurs collègues des universités. La Fédération partage donc le point de vue du Conseil lorsqu’il recommande que l’État reconnaisse toute l’importance de la recherche et de l’innovation en éducation dans la nouvelle Politique québécoise de la science et de l’innovation, et en assure un meilleur financement à l’enseignement supérieur.

Par ailleurs, le Conseil supérieur de l’éducation évoque la nécessité de préparer le personnel enseignant à la recherche, en particulier à travers la formation continue. Dans cette perspective, un partenariat entre des collèges et l’Université de Sherbrooke a permis la création du programme PERFORMA, qui offre aux enseignants de cégep des activités de perfectionnement en psychopédagogie et en didactique, leur permettant d’acquérir notamment un diplôme de premier ou de deuxième cycle en enseignement. Il propose également un module de formation pour favoriser l’intégration des nouveaux enseignants.
Pour assurer la diffusion des savoirs en éducation – une autre des recommandations du Conseil –, des acteurs des collèges ont fondé l’Association pour la recherche au collégial (ARC) et l’Association québécoise de pédagogie collégiale (AQPC). La Fédération estime qu’il pourrait être intéressant d’envisager la mise sur pied de mécanismes de transfert en sciences humaines et sociales à l’enseignement supérieur en vue de favoriser une meilleure intégration des contenus de la recherche à la pratique enseignante. Enfin, elle juge que l’idée de mettre en place une « fonction publique de veille et de vigie » pour favoriser les échanges et la collaboration des chercheurs et des enseignants, comme le propose le CSE, constitue une piste à approfondir.

– 30 –
Source : Caroline Tessier, directrice des communications
Téléphone : (514) 381-8631, poste 2337
Cellulaire : (514) 239-2088