Communiqués
Mémoires et avis
Textes d’opinion
Autres
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000
1999
1998
1997
janvier
février
mars
avril
mai
juin
juillet
août
septembre
octobre
novembre
décembre
Résultat(s)

Filtres sélectionnés:

Consultation sur le Plan d’action en santé mentale 2005-2008

Les cégeps doivent pouvoir offrir des services de première ligne en santé mentale

Montréal, le 2 février 2005 – À l’occasion de la consultation sur le Plan d’action en santé mentale 2005-2008 du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS), à laquelle elle participe aujourd’hui, la Fédération des cégeps tient à rappeler que les établissements du réseau collégial public comptent parmi les meilleurs lieux d’intervention auprès des jeunes de 15 à 24 ans et qu’ils doivent être en mesure d’offrir des services de première ligne en matière de santé mentale.

Selon une recherche sur les services psychosociaux et de santé menée par la Fédération auprès d’intervenants des 48 cégeps du Québec, la majorité des étudiants ayant besoin d’aide abandonnent leurs démarches lorsque, faute de ressources, leur cégep est contraint de les orienter vers des services offerts à l’extérieur de l’établissement. Ce fait est d’autant plus préoccupant que les cégeps notent une augmentation et une complexification des problématiques de santé mentale chez les jeunes du collégial.

Or, le projet de plan d’action ministériel, selon lequel le passage à l’âge adulte se situe maintenant entre 20 et 25 ans, ne corrige en rien la situation. Actuellement, la majorité des cégeps sont obligés de diriger les jeunes vers des services de santé qui ne sont adaptés ni à leur âge ni à leur condition psychosociale.

C’est pourquoi la Fédération formule deux recommandations au MSSS :

  • Qu’un protocole d’entente soit établi entre le ministère de l’Éducation et le MSSS pour intégrer les cégeps au nombre des acteurs importants de l’offre de services de première ligne et leur accorder les ressources nécessaires.

 

  • Que les deux ministères mettent en place et financent des mesures liant les organismes de santé et les collèges, afin que ces derniers puissent notamment référer rapidement les étudiants nécessitant des services plus spécialisés. La Fédération considère à cet égard qu’il faut renforcer les relations de confiance entre les intervenants du réseau de la santé et ceux des cégeps.

Partenaires de la lutte au suicide

Le projet du MSSS soutient par ailleurs qu’en matière de santé mentale, il est crucial d’intervenir tôt, surtout auprès des jeunes. C’est aussi le cas en ce qui concerne la prévention du suicide, estime la Fédération. Le plan doit non seulement inclure des mesures pour intervenir face au suicide chez les jeunes, mais également reconnaître les cégeps comme partenaires de la lutte au suicide et leur accorder les ressources adéquates pour répondre aux besoins des jeunes à risque. Un financement récurrent de 250 000 $ pour l’ensemble des établissements du réseau collégial public, soit 5000 $ par collège, constituerait à cet égard un seuil minimal. Les cégeps peuvent réellement faire une différence en matière de prévention du suicide puisqu’ils accueillent chaque année près de 150 000 jeunes appartenant majoritairement à la catégorie des 15 à 19 ans, chez qui le suicide constitue la principale cause de décès.

– 30 –
Source : Caroline Tessier
Téléphone : (514) 381-8631 poste 2337
Cellulaire : (514) 239-2088

Le Rapport de recherche sur les services psychosociaux et les services de santé dans les collèges 2002-2003 sera disponible sur le site Internet de la Fédération à compter de midi aujourd’hui (www.fedecegeps.qc.ca).