Communiqués
Mémoires et avis
Textes d’opinion
Autres
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000
1999
1998
1997
janvier
février
mars
avril
mai
juin
juillet
août
septembre
octobre
novembre
décembre
Résultat(s)

Filtres sélectionnés:

Selon la Fédération des cégeps, il est nécessaire et urgent que le gouvernement passe à l’action

Montréal, le 13 octobre 2004 – À l’occasion du Forum des générations qui se poursuit aujourd’hui à Saint-Augustin-de-Desmaures, la Fédération des cégeps fera valoir l’urgence que le gouvernement du Québec entreprenne la réforme des collèges sur la base des zones d’évolution tracées par le ministre de l’Éducation en juin 2004. « L’heure n’est plus à la réflexion, l’heure est à l’action », a indiqué le président-directeur général de la Fédération, M. Gaëtan Boucher.

Selon M. Boucher : « La pleine satisfaction des besoins des jeunes Québécois et des attentes des prochaines générations ne peut souffrir aucun délai. À l’issue du forum collégial de juin dernier, M. Pierre Reid a mis de l’avant des solutions concrètes pour renforcer le développement des cégeps. Ces solutions doivent maintenant pouvoir être mises en œuvre ».

Pour la Fédération, accorder une plus grande autonomie aux cégeps est une étape logique et cohérente de l’évolution du réseau collégial. Cette orientation promue par la Fédération et retenue par le ministre de l’Éducation se situe dans le prolongement des avancées réalisées par les collèges, avec la collaboration de leur personnel, depuis la réforme de l’enseignement collégial il y a dix ans.

Les cégeps, microcosme de la société

Les effets du contexte démographique et de l’état des finances publiques, qui servent de toile de fond au Forum des générations, peuvent s’observer dans le réseau collégial. D’après les prévisions du ministère de l’Éducation, dans dix des seize régions du Québec, le nombre d’étudiants à temps plein au collège au secteur de l’enseignement ordinaire pourrait chuter entre 1 % et 22,5 % d’ici 2013. Quant à la situation précaire des finances publiques, elle entraîne des conséquences directes sur le financement des cégeps qui est tributaire des subventions gouvernementales dans une proportion de 93 %.

« Il est impératif de maintenir l’accessibilité au collégial et de consolider la contribution des cégeps au développement de toutes les régions. Cela passe par de nouvelles manières de voir et de faire les choses. Il est donc nécessaire et urgent que le gouvernement agisse sur la base des propositions positives et réalistes évoquées en juin par le ministre de l’Éducation », a conclu M. Boucher.

– 30 –
Source : Caroline Tessier
Téléphone : (514) 381-8631, poste 2337
Cellulaire : (514) 239-2088