Communiqués
Mémoires et avis
Textes d’opinion
Autres
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000
1999
1998
1997
janvier
février
mars
avril
mai
juin
juillet
août
septembre
octobre
novembre
décembre
Résultat(s)

Filtres sélectionnés:

La Fédération des cégeps présente ses priorités pour l’année 2004-2005

Montréal, le 25 août 2004 – La Fédération des cégeps conduira en 2004-2005 des travaux prioritaires qui s’inscrivent dans le prolongement de son mémoire Les cégeps, une réussite québécoise, publié en juin dernier, et dans les suites du forum collégial des 9 et 10 juin. « La question de l’existence du cégep étant réglée, il faut maintenant travailler à améliorer ce modèle qui a bien servi le Québec depuis plus de 35 ans. Nous le ferons dans un esprit d’ouverture et de collaboration avec nos partenaires des collèges et des autres réseaux d’enseignement », a affirmé M. Gaëtan Boucher, président-directeur général de la Fédération.

Des cégeps pour l’avenir

À la lumière des sept « zones d’évolution » exposées par le ministre de l’Éducation dans son discours de clôture du forum collégial — autonomie et diversification des collèges, développement des régions, gestion des parcours étudiants, formation générale, gouvernance et liaison entre les réseaux d’enseignement — et en prenant appui sur les orientations de son mémoire, la Fédération mènera des travaux sur l’opérationnalisation des pistes prioritaires suivantes, entre autres :

— décentralisation de la gestion des programmes préuniversitaires et techniques dans le respect de standards nationaux, assortie d’une reddition de comptes accrue;

— maintien de la formation générale dans tous les programmes de DEC techniques et préuniversitaires — elle continuera donc d’occuper le même espace dans chaque programme —, mais clarification et actualisation de ses finalités, notamment en vue d’élargir les perspectives offertes à l’étudiant;

— en formation technique, mise en place de programmes à durée et à unités variables, création de diplômes spécialisés d’études collégiales (destinés aux titulaires d’un DEC technique) et de sanctions intermédiaires en vue de reconnaître le parcours de l’étudiant ayant développé certaines compétences débouchant sur une fonction de travail;

— en formation continue, diversification du type de sanctions en vue de mieux répondre aux besoins variés des adultes;

— mise en place d’un partenariat plus structurel et plus actif avec les universités et les commissions scolaires, à travers des projets expérimentaux d’arrimage entre autres;

— développement de créneaux d’excellence et rationalisation de la carte des programmes techniques avec l’objectif de maintenir une offre minimale de programmes;

— révision de certaines réalités liées au conseil d’administration de chaque collège, dont sa composition et le mode de nomination de ses membres. Le thème de la gouvernance dans les collèges fera d’ailleurs l’objet du prochain congrès de la Fédération, les 20 et 21 octobre 2004 à Québec;

— poursuite de la ronde de négociation en vue de mettre en place une organisation du travail adaptée à l’enseignement supérieur et cohérente avec l’évolution des collèges et les divers changements envisagés.

D’autres priorités

Au moins 13 cégeps ont déposé des prévisions budgétaires déficitaires pour l’année 2004-2005. À l’enseignement régulier en 2002-2003, le manque à gagner du réseau collégial public s’élevait à 17 M $, un déficit qui va en s’accroissant. Le dossier du financement des collèges est donc prioritaire pour la Fédération. Cette année, le modèle d’allocation des ressources dans le réseau fera l’objet d’un suivi systématique afin qu’il réponde à l’évolution des besoins, notamment en ce qui a trait au maintien d’une offre minimale de programmes dans chaque région. Les collèges veulent également obtenir une hausse de leur financement, un réinvestissement récurrent de l’État dans leur base de financement et un soutien adéquat de la formation continue.

Par ailleurs, chaque collège mettra en œuvre dès cet automne son second plan institutionnel de réussite, qui s’appuie sur l’expérience des trois dernières années au cours desquelles le premier plan a été appliqué. La nouvelle génération de plans de réussite, plus systémiques, ciblés et intégrés, offrira davantage de soutien et d’encadrement à l’étudiant.

Enfin, les collèges poursuivront leur étude sur l’état des services psychosociaux et de santé offerts aux étudiants et renforceront leur action en matière de prévention du suicide chez les jeunes. Les travaux conjoints entre la Fédération, le ministère de l’Éducation et la Fédération étudiante collégiale du Québec sur la reconnaissance de l’engagement étudiant se poursuivront également cette année.

– 30 –
Source : Caroline Tessier
Téléphone : (514) 381-8631 poste 2337
Cellulaire : (514) 239-2088