Communiqués
Mémoires et avis
Textes d’opinion
Autres
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000
1999
1998
1997
janvier
février
mars
avril
mai
juin
juillet
août
septembre
octobre
novembre
décembre
Résultat(s)

Filtres sélectionnés:

Vers un collège de plus en plus sur mesure

La Fédération des cégeps lance le plan de développement du réseau collégial public

Montréal, le 20 février 2003 – La Fédération des cégeps a rendu publiques, ce matin, les orientations d’avenir retenues par les collèges au terme d’une réflexion amorcée à l’automne 2000. Ces orientations, qui sont contenues dans un document intitulé Le cégep, une force d’avenir pour le Québec, vont permettre au réseau collégial public de répondre aux nouveaux besoins de la société québécoise.

La réponse à ces nouveaux besoins passe par un collège de plus en plus sur mesure. « Par cela, nous entendons un collège qui puisse faire face avec beaucoup de souplesse à des situations nouvelles et répondre à une population étudiante plus diversifiée », a indiqué M. Gaëtan Boucher, président-directeur général de la Fédération des cégeps.

Le plan de développement du réseau collégial public comporte 66 pistes d’action. Outre le chapitre sur la mission, le plan est articulé autour de huit domaines : formation; environnement éducatif; recherche, transfert et innovation; technologies éducatives; ouverture au monde; organisation du travail; financement; et enfin, développement.

Une formation bien adaptée

En vue d’offrir une réponse adaptée aux nouveaux besoins de formation supérieure des jeunes et des adultes, les collèges ciblent des pistes d’action pour :

  • assouplir et diversifier la formation technique;
  • assurer une meilleure jonction avec l’université;
  • améliorer l’accès des adultes à la formation continue;
  • introduire plus de flexibilité dans l’organisation scolaire.

Le collège comme milieu de vie

Quelque 150 000 jeunes, avec des profils de plus en plus diversifiés, étudient dans les 48 cégeps du Québec. Afin de leur offrir un environnement éducatif de qualité, qui favorise leur réussite et leur développement, les collèges proposent des actions pour :

  • consolider le collège comme milieu de vie contribuant à l’orientation, à la réussite et au développement personnel et social de l’étudiant;
  • ajuster l’offre de service à une population plus diversifiée.

Un potentiel de recherche à consolider

De l’avis même de la Politique québécoise de la science et de l’innovation, les collèges fournissent « un apport précieux à l’effort de recherche au Québec ». Pour exploiter leur plein potentiel dans ce domaine, les collèges retiennent des pistes d’action qui visent à :

  • favoriser leur participation active aux circuits de la recherche, du transfert et de l’innovation;
  • accroître la présence de leurs chercheurs au sein des réseaux de la recherche.

Des technologies à exploiter

Les technologies éducatives, qui permettent d’enrichir les situations d’apprentissage au collégial, doivent être davantage mises à profit. C’est dans cet esprit que les collèges mettent de l’avant des pistes d’action pour :

  • favoriser une intégration optimale des technologies éducatives, à travers un plan d’action élaboré conjointement avec le ministère de l’Éducation;
  • renforcer le partenariat entre les collèges et les organismes du réseau qui œuvrent en ce domaine.

Une plus grande ouverture au monde

En vue d’élargir leur ouverture sur le monde et de remplir encore mieux leur mission de coopération internationale, les collèges retiennent des pistes d’action pour :

  • mieux se positionner sur l’échiquier international;
  • augmenter le nombre d’étudiants étrangers au collégial.

Une organisation du travail bien adaptée

Pour faire face aux nouveaux besoins, les collèges doivent s’assurer d’une contribution pleine et entière de l’ensemble de leur personnel à la réalisation de leur mission. Dans cet esprit, ils retiennent des pistes d’action pour :

  • adapter leur organisation aux nouveaux besoins;
  • favoriser le développement professionnel de leur personnel et l’intégration de la relève.

Un financement adéquat, stable et équitable

Pour pouvoir continuer de se développer, les collèges demandent au gouvernement de poursuivre dès 2003-2004 son réinvestissement dans le réseau collégial public. Les besoins des collèges s’élèvent à 95 M $ dès cette année, dont 50 M $ serviront à rétablir leur base de financement à son niveau de 1993, au moment où les premières compressions budgétaires les ont touchés.

Un développement optimal

Les collèges retiennent un certain nombre de pistes d’action pour assurer leur plein développement. Elles visent plus particulièrement à :

  • consolider la qualité de l’enseignement collégial dans toutes les régions du Québec;
  • conjuguer de manière optimale le développement des collèges comme établissements et comme réseau, notamment à travers des créneaux d’excellence.

Les suivis

Plusieurs des pistes d’action contenues dans le plan de développement appellent des décisions plus immédiates de la part du ministère de l’Éducation, alors que d’autres nécessitent une poursuite de la réflexion avec les partenaires des collèges. La Fédération des cégeps s’attend à ce que le ministère de l’Éducation mette rapidement sur pied des chantiers de travail conjoints sur les pistes d’action prioritaires. Un comité a d’ailleurs été mis sur pied par la Fédération en vue de suivre la réalisation du plan de développement.

« Les cégeps se sont renouvelés en profondeur depuis 1993, année où ils ont commencé à implanter la réforme de l’enseignement collégial. Dix ans plus tard, en s’appuyant sur les acquis de la réforme, ils répondent à la question suivante : comment servir encore mieux les étudiants et les étudiantes, le Québec et ses régions, dont les besoins se transforment? Ils proposent à cet égard de développer un collège de plus en plus sur mesure », a conclu M. Boucher.

Pour mettre en œuvre les pistes d’action prioritaires du plan de développement, les collèges demandent au ministère de l’Éducation d’injecter dans leur réseau, à partir de 2003-2004, une somme de 220 M $ sur trois ans, dont 145 M $ pour les immobilisations et 75 M $ pour leur budget de fonctionnement.

– 30 –
Source : Caroline Tessier
Cellulaire : (514) 239-2088