Communiqués
Mémoires et avis
Textes d’opinion
Autres
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000
1999
1998
1997
janvier
février
mars
avril
mai
juin
juillet
août
septembre
octobre
novembre
décembre
Résultat(s)

Filtres sélectionnés:

Rapport Larose : un accueil favorable et quelques nuances

Montréal, le 20 août 2001 – Dans une réaction préliminaire, la Fédération des cégeps fait bon accueil au rapport de la Commission des États généraux sur la situation et l’avenir de la langue française au Québec, dont l’approche reflète l’évolution de la société québécoise, une société inclusive et respectueuse des individus. La Fédération est particulièrement satisfaite que la Commission recommande le maintien du libre choix de la langue d’enseignement au collégial. Elle trouve également stimulant le rôle confié aux collèges, soit d’être des lieux de perfectionnement des langues et d’approfondissement de la culture. Toutefois, elle estime sur ce point que certaines recommandations du rapport sont difficilement applicables telles qu’elles sont énoncées.

La Commission propose notamment que chaque cégep offre un « programme optionnel » de six cours pour les étudiants qui souhaitent approfondir leur maîtrise de la langue seconde ou d’une 3e langue. Les cégeps, note la Fédération, sont prêts à offrir une formation plus poussée dans ces matières. Toutefois il paraît difficile d’en fixer le format et le contenu à l’avance et de façon uniforme pour l’ensemble des établissements. La Fédération considère plutôt que le choix des activités d’apprentissage devrait être laissé à chaque cégep afin qu’ils puissent les adapter aux profils diversifiés de leurs étudiants.

La Fédération s’interroge également sur la proposition de remplacer, dans les collèges anglophones seulement, les deux cours complémentaires actuellement offerts dans différents domaines par deux cours de français ou d’espagnol. Selon elle, toute modification des cours complémentaires pour permettre l’approfondissement de la langue seconde ou d’une troisième langue devrait s’appliquer tout à la fois dans les cégeps francophones et dans les cégeps anglophones. C’est d’ailleurs ce que la Commission d’évaluation de l’enseignement collégial a proposé en février dernier.

La Fédération des cégeps est heureuse d’autre part de constater que la Commission a retenu sa recommandation de mieux soutenir les allophones qui font leurs études dans un collège francophone, ces étudiants ayant de plus grandes difficultés en français. Elle souhaite que le gouvernement appuie les collèges pour mettre sur pied des mesures particulières d’accompagnement de ces étudiants.

Finalement, la Fédération se réjouit de l’importance qu’accorde la Commission au rôle que doivent jouer les trois ordres d’enseignement, de la maternelle à l’université, en ce qui concerne la maîtrise de la langue maternelle. Notamment, l’obligation de résultats auquel serait soumis tous les cycles, ainsi que la possibilité pour les élèves d’avoir accès à une procédure de rattrapage comme condition d’obtention du diplôme d’études secondaires, sont des mesures susceptibles d’améliorer la qualité de la langue. La Fédération rappelle par ailleurs qu’il s’agit là d’une responsabilité collective et que tous — les jeunes au premier chef —, doivent lui accorder davantage d’importance.

– 30 –
Source : Viviane Fiedos
Téléphone : (514) 381-8631
Cellulaire : (514) 953-5983
vfie@fedecegeps.qc.ca