Communiqués
Mémoires et avis
Textes d’opinion
Autres
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000
1999
1998
1997
janvier
février
mars
avril
mai
juin
juillet
août
septembre
octobre
novembre
décembre
Résultat(s)

Filtres sélectionnés:

Intense mobilisation sur l'importance des études collégiales

Montréal, le 24 octobre 2000 – Les 48 cégeps du Québec entreprennent cet automne et pour les deux prochaines années au moins une intense campagne de sensibilisation des jeunes, de leurs parents et des entreprises sur l’importance des études collégiales et la nécessité d’un nouvel effort collectif pour augmenter le niveau de scolarisation de la population québécoise. La campagne a été lancée ce matin lors d’une conférence de presse par les deux présidents d’honneur de la campagne, M. Claude Béland, ancien président du Mouvement Desjardins, et Mme Myriam Poirier, comédienne, et par le président-directeur général de la Fédération des cégeps, M. Gaëtan Boucher.

« Conséquence directe du passage à l’économie du savoir, les emplois de qualité exigent de plus en plus un diplôme de niveau supérieur et c’est une tendance irréversible, a souligné M. Béland. Mais il faut aussi donner aux jeunes les moyens de comprendre le monde et de le faire évoluer. » « Il y a un manque de conviction collective à cet égard et cela commence à devenir inquiétant, a ajouté M. Boucher. Il faut changer les perceptions et faire du Québec une société hautement scolarisée où le DEC sera considéré comme un minimum. »

Une campagne de publicité

Dans ce but, les cégeps lanceront dès demain une campagne de publicité à laquelle une quarantaine de porte-parole de tous les milieux se sont joints pour affirmer qu’On ne laisse pas son avenir au hasard – le slogan de la campagne -, et qu’il est indispensable de faire des études collégiales. Chefs d’entreprise, artistes, intellectuels, scientifiques, élus municipaux, dirigeants d’organismes, nombre de ces porte-parole sont eux-mêmes des diplômés de cégep qui ont tiré grand profit de leur formation collégiale et qui en témoignent (voir la liste en annexe).

Cette campagne est prévue pour au moins deux ans. Elle se déroulera cet automne du 25 octobre au 17 décembre, dans les médias écrits – quotidiens nationaux et régionaux, journal Les Affaires, et une trentaine d’hebdomadaires à travers le Québec -, pour un coût de 450 000 $. Elle a été conçue par la firme de publicité pdg stratégie concept inc.

Pour une « charte » conjointe des entreprises et des cégeps

Par ailleurs le marché du travail doit lui aussi valoriser les études supérieures. Les entreprises demandent davantage de diplômés du collégial mais, en même temps, pour combler des besoins pressants de main-d’œuvre, beaucoup d’entre elles embauchent des étudiants de cégep avant qu’ils aient obtenu leur diplôme. Un choix à court terme pour l’étudiant, qui se trouvera sans possibilité d’évoluer sur le marché du travail, et pour les entreprises, qui continueront à manquer de diplômés.

Chaque cégep va donc entreprendre cet automne une tournée des entreprises de sa région pour leur proposer une nouvelle forme de collaboration : un engagement conjoint à favoriser l’obtention du diplôme qui pourrait se concrétiser par la signature d’une « charte » au cours de l’hiver prochain. Les entreprises pourraient par exemple aménager les conditions de travail des étudiants de cégep qu’elles engagent sans diplôme afin qu’ils terminent leurs études collégiales. Les cégeps, en retour, pourraient offrir des structures d’accueil adaptées à ces « travailleurs-étudiants ».

Le cégep pour les étudiants : un parcours indispensable

Enfin les cégeps souhaitent associer les étudiants à la valorisation des études collégiales. Les résultats, publiés aujourd’hui, de groupes de discussion réunissant des cégépiens montrent que ces derniers accordent une grande valeur à leurs études collégiales. Les étudiants consultés affirment entre autres que c’est au cégep qu’ils ont acquis des méthodes de travail, de la discipline et de l’autonomie; qu’en plus de recevoir une formation solide ils y développent leur culture générale, leur esprit d’analyse et leur ouverture d’esprit; que la préparation collégiale avant l’université est indispensable, que le cégep aide à trouver sa voie et que le DEC mène à des emplois stimulants.

Ce que Mme Myriam Poirier résume en ces termes : « C’est au cégep que j’ai découvert et que j’ai appris le métier que j’exerce aujourd’hui avec un grand bonheur. J’y ai acquis des connaissances et des outils intellectuels, mais aussi de la force et de la confiance. Et j’y ai partagé ma passion avec d’autres, ce qui a donné un sens à ma vie professionnelle et personnelle. »

– 30 –

Source : Viviane Fiedos
Téléphone : (514) 381-8631
Cellulaire : (514) 953-5983
vfie@fedecegeps.qc.ca