Communiqués
Mémoires et avis
Textes d’opinion
Autres
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000
1999
1998
1997
janvier
février
mars
avril
mai
juin
juillet
août
septembre
octobre
novembre
décembre
Résultat(s)

Filtres sélectionnés:

La Fédération des cégeps propose de hausser le niveau de scolarité obligatoire

Québec, le 23 février 2000 – « Les jeunes les mieux armés contre l’exclusion et la pauvreté sont ceux qui détiennent un diplôme collégial ou universitaire et le DEC devrait devenir le seuil minimal de scolarité à atteindre », a affirmé ce matin le président-directeur général de la Fédération des cégeps, M. Gaëtan Boucher, au Sommet du Québec et la jeunesse. Selon lui, il est urgent qu’un débat de société sur le niveau de scolarité obligatoire ait lieu, c’est une des nouvelles priorités pour le Québec. « Plutôt que le critère de l’âge minimum au-delà duquel on peut quitter le système scolaire, on pourrait envisager de retenir celui de « seuil minimal de compétences à atteindre », a-t-il suggéré.

Une analyse d’Emploi-Québec publiée en juillet dernier montre que 32 des 40 professions offrant les meilleures perspectives d’emploi requièrent ou privilégient un diplôme collégial ou universitaire, soit 80 % du total. Sur l’ensemble des emplois créés au Canada en 1998, 77 % s’adressaient aux diplômés des cégeps et des universités. « Il est clair, a ajouté M. Boucher, qu’une bonne insertion professionnelle passe désormais en très grande partie par le DEC préuniversitaire ou technique. »

À propos des programmes techniques, M. Boucher a rappelé qu’ils sont plus que jamais synonymes d’emplois, de carrières d’avenir pour les jeunes : un taux de placement général de 91 %, des taux de chômage nuls dans plusieurs programmes et même des pénuries de diplômés dans plusieurs domaines de pointe comme les télécommunications et le multimédia. « Il faut offrir plus de programmes aux jeunes, a-t-il souligné, plus de choix intéressants dans les secteurs d’avenir pour les convaincre de choisir en plus grand nombre les carrières scientifiques et techniques. Le gouvernement doit remettre le développement de la formation technique, qui a été freiné malgré son grand succès, tout en haut de ses priorités. »

– 30 –
Source : Viviane Fiedos
Téléphone : (514) 381-8631
Cellulaire : (514) 953-5983
vfie@fedecegeps.qc.ca