Communiqués
Mémoires et avis
Textes d’opinion
Autres
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000
1999
1998
1997
janvier
février
mars
avril
mai
juin
juillet
août
septembre
octobre
novembre
décembre
Résultat(s)

Filtres sélectionnés:

Réaction préliminaire à la publication de la politique québécoise de l’autoroute de l’information.

La Fédération des cégeps accueille favorablement la politique québécoise de l’autoroute de l’information et exprime ses préoccupations face au développement des contenus sur l’inforoute

Montréal, le 27 avril 1998 – La Fédération des cégeps accueille avec un très grand intérêt le document Agir autrement, qui définit les grandes directions à prendre pour développer l’inforoute québécoise. La politique rendue publique aujourd’hui fait appel, avec justesse, au réseau de l’éducation, qui constitue un lieu privilégié d’apprentissage et de diffusion des nouvelles technologies. Les collèges sont eux-mêmes engagés dans une démarche stimulante, et très exigeante, d’intégration des T.I.C. En 1996, ils ont mis sur pied une Table de concertation pour faciliter l’implantation, le déploiement et la gestion des technologies dans leur réseau. Ils ont aussi créé, il y a plus de dix ans, un système de gestion informatisé de leurs bibliothèques, baptisé Resdoc. Leurs centres de transfert de technologie sont des sources importantes de diffusion des T.I.C., particulièrement auprès des P.M.E. québécoises.

Au-delà des équipements informatiques, la Fédération est préoccupée par le contenu de l’inforoute et la valeur des informations qui y sont véhiculées. Elle se réjouit de la décision de créer un volet spécifique du Fonds de l’autoroute de l’information pour soutenir la production de contenus éducatifs et le développement de la formation à distance. Il est nécessaire que le gouvernement investisse dans la création et la diffusion de logiciels, de didacticiels et d’autres produits multimédias francophones ou plurilingues de grande qualité. Toutefois, la population québécoise ne doit pas seulement avoir accès au monde virtuel, dont l’ordinateur est un outil de base : elle doit également être en mesure de bien saisir les changements que suppose l’utilisation des nouvelles technologies. De là l’importance de mettre sur pied des activités de sensibilisation et de formation pour lesquelles les collèges sont prêts à jouer un plus grand rôle.

Par ailleurs, l’implantation des nouvelles technologies dans le réseau de l’éducation suppose que l’école québécoise revise en profondeur ses approches pédagogiques et rende encore plus accessibles ses activités et ses services à distance. Il faut pour cela assurer le perfectionnement du personnel enseignant, y compris celui des collèges.

La Fédération considère que l’investissement prévu pour mettre en œuvre la politique de l’autoroute de l’information, environ 12 millions de dollars pour les deux prochaines années, est insuffisant compte tenu des dépenses importantes liées à l’achat de matériel informatique, au réseautage, à la sensibilisation et à la formation de la population, ainsi qu’au développement des contenus sur l’inforoute. Le réseautage, en particulier, est indispensable pour diffuser plus largement les contenus. Les nouvelles technologies sont propices au développement de la concertation entre les cégeps, mais aussi avec les autres ordres d’enseignement, les entreprises, les organismes socioéconomiques et les municipalités.

– 30 –
Source : Viviane Fiedos
Téléphone : (514) 381-8631
Cellulaire : (514) 953-5983
vfie@fedecegeps.qc.ca