Communiqués
Mémoires et avis
Textes d’opinion
Autres
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000
1999
1998
1997
janvier
février
mars
avril
mai
juin
juillet
août
septembre
octobre
novembre
décembre
Résultat(s)

Filtres sélectionnés:

Réaction préliminaire à l’avis du Conseil supérieur de l’éducation « Enseigner au collégial : une pratique professionnelle en renouvellement ». Une vision d’ensemble très intéressante, selon la Fédération des cégeps

Montréal, le 4 décembre 1997 – Selon la Fédération des cégeps, l’avis publié ce matin par le Conseil supérieur de l’éducation présente une vision d’ensemble très intéressante de ce qui doit guider le renouvellement de la pratique des enseignants et des enseignantes au collégial, dans la perspective d’une plus grande responsabilisation. « Les enseignants sont au centre de la mission éducative des collèges et ils jouent un rôle de premier plan dans le soutien à la réussite de l’étudiant », a indiqué le président-directeur général de la Fédération, M. Gaëtan Boucher.

La Fédération des cégeps partage l’opinion du Conseil selon laquelle les enseignants et les enseignantes, comme les autres catégories de personnel, doivent témoigner de la qualité de leur travail. Les collèges considèrent l’évaluation comme un outil essentiel, qui contribue au développement professionnel et à la valorisation du personnel, et qui permet d’améliorer la qualité de la formation offerte aux étudiants et aux étudiantes. Les cégeps se sont déjà dotés de politiques et de mécanismes institutionnels d’évaluation du personnel, ainsi que de politiques d’évaluation des apprentissages et des programmes.

Par ailleurs, la mise en œuvre de l’approche programme par l’ensemble des enseignants est essentielle pour offrir à l’étudiant une formation cohérente et intégrée. Le Conseil recommande que les marges de manœuvre locales des collèges soient élargies, ce que la Fédération demande depuis longtemps : les collèges souhaitent une plus grande souplesse dans les conventions collectives, afin de pouvoir mieux tenir compte des réalités différentes d’un établissement à l’autre.

La Fédération est également préoccupée par l’insertion socioprofessionnelle des jeunes enseignants. À la suite du programme de départs volontaires à la retraite de cette année et dans la perspective où un grand nombre de personnes prendront leur retraite dans les années à venir, plusieurs nouveaux professeurs feront leur entrée dans les collèges. « Il faut pouvoir offrir aux jeunes enseignants le soutien dont ils ont besoin pour exercer leur métier, qui exige de nombreuses qualités professionnelles et personnelles. L’expérience de travail et les compétences des enseignants plus âgés doivent être mises à contribution pour faciliter l’intégration des jeunes. Par exemple, les enseignants pourraient être appelés à jouer en fin de carrière un rôle de conseiller et de guide auprès du nouveau personnel », a indiqué M. Boucher.

En ce qui concerne la formation du personnel enseignant, la Fédération considère qu’elle doit continuer d’être principalement disciplinaire, mais que la formation psychopédagogique a toute son importance. La tâche d’enseigner est de plus en plus complexe, compte tenu de la diversité croissante des clientèles, du renouvellement des programmes, de la multiplication des besoins et de l’introduction des nouvelles technologies, entre autres. Les enseignants doivent avoir des possibilités réelles de se perfectionner. Le modèle « Performa », développé par les collèges, est d’ailleurs particulièrement bien adapté à la réalité collégiale. Les besoins sont considérables : outre la formation psychopédagogique, le personnel enseignant doit avoir accès à des activités de perfectionnement disciplinaire, particulièrement importantes au secteur technique. Toutefois, à mesure que les besoins de perfectionnement se multiplient, les ressources financières que les cégeps peuvent y consacrer se raréfient.

Enfin, les enseignants et les enseignantes de collège mènent des activités de recherche, qui contribuent à renouveler leurs pratiques pédagogiques et à faire avancer les connaissances. L’existence de la recherche au collégial est toutefois menacée, en raison de l’insuffisance des ressources financières. La Fédération, en collaboration avec d’autres organismes du milieu collégial, travaille actuellement à la mise en œuvre d’un fonds coopératif de la recherche, pour préserver ce type d’activités dans les collèges.

– 30 –
Source : Viviane Fiedos
Téléphone : (514) 381-8631
Cellulaire : (514) 953-5983
vfie@fedecegeps.qc.ca