Communiqués
Mémoires et avis
Textes d’opinion
Autres
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000
1999
1998
1997
janvier
mars
mars
avril
mai
juin
juillet
août
septembre
octobre
novembre
décembre
Résultat(s)

Filtres sélectionnés:

Réaction préliminaire

Un énoncé de politique éducative qui va dans le sens de la réussite, selon la Fédération des cégeps

Montréal, le 30 septembre 1997 – L’énoncé de politique présenté ce matin par la ministre de l’Éducation, Mme Pauline Marois, permettra de renforcer la réforme de l’éducation en cours, selon la Fédération des cégeps. La volonté ministérielle de consolider la formation de base et de la recentrer sur les savoirs fondamentaux, de diversifier les choix offerts à l’élève, d’accroître les exigences et d’intégrer une perspective de formation continue contribuera à favoriser la réussite des études supérieures. L’énoncé de politique fait suite au rapport du groupe de travail sur les curriculums du primaire et du secondaire diffusé en juin dernier, que la Fédération avait d’ailleurs très bien reçu.

La Fédération accueille favorablement le fait que l’énoncé de politique éducative privilégie une formation de base commune du primaire à la fin de la troisième secondaire, en mettant l’accent sur de grands domaines d’apprentissage et sur l’acquisition de compétences « transversales » dans toutes les matières. Cette perspective de formation fondamentale, axée sur l’essentiel et le durable, permettra à l’élève de développer sa polyvalence. C’est d’ailleurs dans cet esprit que s’effectue depuis un moment déjà l’élaboration et la révision des programmes d’études au collégial. La Fédération est également très satisfaite de l’intention ministérielle d’harmoniser les conditions d’obtention du diplôme d’études secondaires avec les nouvelles exigences d’admission au collégial, mises en place cet automne. Selon la Fédération, cette mesure doit être instaurée le plus rapidement possible.

La diversification des voies de formation professionnelle au deuxième cycle du secondaire est un autre élément très important, selon la Fédération, qui considère que l’énoncé de politique n’est pas assez précis sur ce point. Il est nécessaire que tous les programmes professionnels comportent une composante de formation générale, quel que soit le cheminement choisi par l’élève, et ce jusqu’à la fin des études secondaires.

La Fédération trouve par ailleurs regrettable que l’énoncé de politique passe presque sous silence la question de l’orientation scolaire et professionnelle des jeunes, dont le rapport du groupe de travail avait pourtant souligné toute l’importance. Aucune mesure concrète n’est prévue pour encadrer l’élève dans sa démarche d’orientation, le soutenir et faciliter son cheminement. Or il paraît évident que les élèves dont les choix scolaires et professionnels sont mieux appuyés ont de meilleures chances de suivre un parcours harmonieux au collégial, ce qui contribue à favoriser leur réussite.

Par ailleurs, la création de la Commission des programmes devrait permettre de mener de façon cohérente les travaux prévus par la réforme du primaire-secondaire. Dans la perspective d’assurer la continuité du cheminement scolaire entre le secondaire et le collégial, la Fédération considère que les cégeps doivent faire partie des partenaires représentés au sein de cette Commission. Enfin, la Fédération des cégeps partage le point de vue selon lequel les enseignants et les enseignantes doivent participer à l’élaboration et à l’évaluation des programmes d’études.

– 30 –
Source : Viviane Fiedos
Téléphone : (514) 381-8631
Cellulaire : (514) 953-5983
vfie@fedecegeps.qc.ca