Communiqués
Mémoires et avis
Textes d’opinion
Autres
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000
1999
1998
1997
janvier
mars
mars
avril
mai
juin
juillet
août
septembre
octobre
novembre
décembre
Résultat(s)

Filtres sélectionnés:

La Fédération des cégeps s’inquiète du poids supplémentaire que la création du collège régional de Lanaudière exercera sur le budget du réseau collégial public

Montréal, le 30 septembre 1997 – Étouffés par les compressions budgétaires, les cégeps sont inquiets des effets que l’implantation du cégep régional de Lanaudière aura sur le budget du réseau collégial public : c’est par ce commentaire que la Fédération des cégeps a réagi à la présentation cet après-midi, par la ministre de l’Éducation, du devis pédagogique du nouvel établissement. Les cégeps, rappelle la Fédération, savent déjà qu’ils ne pourront pas absorber la compression de 80 millions de dollars annoncée pour 1998-1999. Quel sera le poids supplémentaire de ces nouvelles dépenses sur le budget du réseau collégial public? Le ministère de l’Éducation n’a pour l’instant publié aucun chiffre à ce sujet, d’où l’inquiétude des collèges.

Les cégeps sont d’accord pour accroître l’accessibilité aux études collégiales, mais au moindre coût possible. Au cours des dernières années, le réseau collégial public a répondu de différentes manières aux besoins de la population, à travers l’ouverture de campus et de centres d’études rattachés chacun à collège existant. La Fédération des cégeps considère qu’il faut laisser à chaque région le soin de définir son propre modèle, puisque ce qui convient à l’une ne convient pas forcément à l’autre. Les modifications prévues à la Loi sur les collèges pour permettre la création du collège régional de Lanaudière — la ministre a confirmé le dépôt d’un projet de loi au cours de l’automne —, doivent donc laisser la porte ouverte à diverses formules.

Les investissements liés au nouveau collège régional se traduiront par un accroissement du service de la dette des cégeps et par une redistribution à la baisse des ressources dans le réseau. Les cégeps ont eu bien du mal à faire face à la compression de 68,9 millions de dollars que le gouvernement leur a imposée cette année – opération réussie en bonne partie grâce à la réduction de leurs coûts de main-d’œuvre. Cette compression s’est ajoutée aux 140 millions de « coupures » enregistrés par les collèges depuis l’année 1992-1993 seulement. L’année 1998-1999 s’annonce encore pire, avec une compression de 80 millions de dollars.

– 30 –
Source : Viviane Fiedos
Téléphone : (514) 381-8631
Cellulaire : (514) 953-5983
vfie@fedecegeps.qc.ca