Communiqués
Mémoires et avis
Textes d’opinion
Autres
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000
1999
1998
1997
janvier
février
mars
avril
mai
juin
juillet
août
septembre
octobre
novembre
décembre
Résultat(s)

Filtres sélectionnés:

La formation continue des forces policières doit s’appuyer sur la formation initiale, déclare la Fédération des cégeps, qui recommande une décentralisation des activités de perfectionnement vers les collèges

Avis de la Fédération des cégeps au « comité Corbo »

Montréal, le 22 septembre 1997 – Il est urgent de procéder à la révision et à la consolidation de la formation continue des forces policières du Québec : le manque d’accessibilité et l’absence de réponses adaptées à la diversité des besoins ont toujours été les principaux obstacles au perfectionnement des policiers et il faut y remédier en toute priorité, affirme la Fédération des cégeps dans l’avis qu’elle a remis aujourd’hui au « comité Corbo ». Ces efforts doivent s’appuyer sur la formation initiale et se faire dans le respect de la mission des établissements et des organismes qui en sont responsables.

Pour la Fédération des cégeps, la formation initiale donnée dans le réseau collégial, qui mène à la fonction de policier-patrouilleur, est parfaitement adaptée. Neuf cégeps offrent le programme de Techniques policières conduisant au D.E.C., qui vient d’être entièrement révisé en collaboration étroite avec le milieu du travail. La nouvelle version du programme est implantée depuis cet automne. Une bonne partie de la solution aux problèmes d’accessibilité en formation continue passe donc par les cégeps : plutôt que d’installer une antenne de l’Institut de police du Québec (I.P.Q.) à Montréal, ce qui ne réglerait que la moitié du problème, la Fédération estime qu’il faut confier aux cégeps une part des responsabilités en matière de formation continue des forces policières, en collaboration avec l’I.P.Q.

Les cégeps ont conscience de certaines difficultés traversées par les forces policières du Québec et de la volonté exprimée de renforcer la formation de certains de leurs membres. Rappelant qu’un nombre non négligeable de policiers actuellement en poste ne possèdent pas de D.E.C. en Techniques policières, et que l’on doit tenir compte de la spécificité des besoins, la Fédération des cégeps estime qu’il faut établir des distinctions entre les niveaux et les types de perfectionnement nécessaires.

Fonction d’enquêteur : une analyse de la situation de travail est essentielle

Selon elle, un premier niveau de perfectionnement concerne la mise à jour ou l’approfondissement des connaissances et des compétences de base du policier-patrouilleur, et il doit relever des collèges et de l’I.P.Q. Un deuxième niveau de perfectionnement touche plutôt la préparation à une autre fonction ou à une fonction plus spécialisée, et pourrait relever, soit des collèges et de l’I.P.Q., soit des universités, soit des deux. « Les collèges, affirme la Fédération, veulent signifier leur ouverture à un partenariat avec les universités ». Pour ce qui est de la fonction d’enquêteur toutefois, la Fédération des cégeps estime qu’avant de déterminer le niveau de formation initiale à laquelle elle correspond, il est essentiel de procéder à une analyse rigoureuse de la situation de travail.

Par ailleurs, il faut distinguer le perfectionnement qui porte sur les opérations proprement policières et celui qui porte plutôt sur la gestion, c’est-à-dire sur les habiletés nécessaires pour exercer des fonctions de supervision ou des fonctions administratives. La Fédération des cégeps considère que le perfectionnement portant sur les habiletés de gestion de premier niveau doit aussi relever des cégeps et de l’I.P.Q., tandis que la formation continue portant sur les opérations policières de deuxième niveau pourrait être un champ partagé avec les universités. Il est évident pour elle, par ailleurs, que le perfectionnement des gestionnaires de deuxième niveau relève des programmes généraux des universités et des grandes écoles du Québec.

Le comité chargé d’évaluer la formation continue et le perfectionnement des forces policières, présidé par M. Claude Corbo, a reçu son mandat du ministère de la Sécurité publique du Québec en avril dernier et doit rendre son rapport en décembre prochain. Il mène actuellement des consultations privées auprès de différents intervenants.

– 30 –
Source : Viviane Fiedos
Téléphone : (514) 381-8631
Cellulaire : (514) 953-5983
vfie@fedecegeps.qc.ca