Communiqués
Mémoires et avis
Textes d’opinion
Autres
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000
1999
1998
1997
janvier
février
mars
avril
mai
juin
juillet
août
septembre
octobre
novembre
décembre
Résultat(s)

Filtres sélectionnés:

Audiences de la Commission de l’éducation sur la Loi modifiant la Loi sur l’instruction publique. L’autonomie accrue ne peut s’exercer qu’à certaines conditions, déclare la Fédération des cégeps, qui insiste également sur la nécessité de renforcer la concertation entre le secondaire et le collégial

Montréal, le 18 septembre 1997 – Favorable à la création des conseils d’établissement qui donneront davantage de latitude aux écoles pour mieux servir leur milieu, la Fédération des cégeps estime qu’il y a des conditions à l’exercice de cette autonomie accrue, entre autres que les établissements disposent des ressources financières nécessaires et qu’ils aient le plus grand contrôle possible sur les conditions de travail de leur personnel. La Fédération, qui présente aujourd’hui son mémoire sur la Loi modifiant la Loi sur l’instruction publique aux membres de la Commission de l’éducation, considère également que les cégeps doivent être représentés au sein du conseil d’établissement de chacun des centres de formation professionnelle et de chacun des centres d’éducation des adultes dont on propose la création, et demande que l’avant-projet de loi soit modifié en ce sens. Un représentant des commissions scolaires siège déjà au conseil d’administration de chaque cégep.

Le manque de concertation entre les réseaux d’enseignement, rappelle la Fédération des cégeps, est un des problèmes majeurs du système d’éducation québécois. Entre autres obstacles, l’absence de toute composante de formation générale en formation professionnelle rend plus difficile le passage dans les programmes techniques. Il ne faudrait pas que ce problème soit aggravé par la création des centres de formation professionnelle, à travers lesquels le ministère de l’Éducation cherche justement à valoriser ce secteur. « Si l’on veut attirer plus de jeunes en formation professionnelle, il faut leur offrir des horizons larges et des possibilités de changement d’orientation ou de continuité dans leur cheminement », note la Fédération.

Par ailleurs, la Fédération des cégeps considère que l’instauration de mécanismes d’évaluation institutionnelle va de pair avec la responsabilisation des établissements. Estimant que l’avant-projet de loi n’est pas suffisamment explicite à cet égard, elle se demande s’il n’y aurait pas lieu d’envisager l’instauration d’un modèle d’évaluation externe comme celui qui existe au collégial depuis quatre ans, avec la Commission d’évaluation de l’enseignement collégial.

– 30 –
Source : Viviane Fiedos
Téléphone : (514) 381-8631
Cellulaire : (514) 953-5983
vfie@fedecegeps.qc.ca