Communiqués
Mémoires et avis
Textes d’opinion
Autres
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000
1999
1998
1997
janvier
février
mars
avril
mai
juin
juillet
août
septembre
octobre
novembre
décembre
Résultat(s)

Filtres sélectionnés:

Réaction préliminaire de la Fédération des cégeps

L’entente de principe Canada-Québec relative au marché du travail permettra de mieux servir la population québécoise

Montréal, le 21 avril 1997 – En devenant maître d’œuvre des mesures actives de soutien à l’emploi sur son territoire, le Québec pourra mieux soutenir sa population en emploi ou à la recherche d’un emploi et lui offrir des services véritablement adaptés à ses besoins : telle est la réaction préliminaire de la Fédération des cégeps devant l’entente de principe relative au marché du travail qui a été signée aujourd’hui par le premier ministre du Canada, M. Jean Chrétien, et le premier ministre du Québec, M. Lucien Bouchard. La Fédération des cégeps s’est prononcée plusieurs fois, au cours des dernières années, pour le rapatriement au Québec des budgets fédéraux consacrés à la formation de la main-d’œuvre. Elle salue avec grand intérêt cette entente de principe.

Ce nouveau partage des responsabilités permettra d’éliminer les chevauchements et les dédoublements de programmes entre le fédéral et le provincial et d’utiliser plus efficacement les ressources disponibles, note la Fédération des cégeps. Par la réorganisation des mesures actives en fonction de sa politique active du marché du travail, le gouvernement québécois pourra desservir de façon intégrée l’ensemble du territoire québécois, tout en misant sur la dynamique locale et régionale, au plus grand bénéfice de la population.

L’acquisition de solides compétences générales et spécialisées est plus que jamais liée à l’emploi, ajoute la Fédération, qu’il s’agisse de réintégrer le marché du travail, de se maintenir et de progresser dans son milieu professionnel ou de créer son propre emploi. Avec l’évolution rapide des connaissances, la formation collégiale apparaît de plus en plus comme le seuil indispensable à atteindre. Les collèges joueront donc un rôle de plus en plus important dans la formation de la main-d’œuvre, conclut la Fédération des cégeps.

– 30 –
Source : Viviane Fiedos
Téléphone : (514) 381-8631
Cellulaire : (514) 953-5983
vfie@fedecegeps.qc.ca